Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Un coeur greffé retiré avec succès

Une fillette de 12 ans vient de subir une opération révolutionnaire au cours de laquelle les chirurgiens lui ont retiré le c�ur greffé il y a dix ans et réactivé le c�ur natif, pour une meilleure qualité de vie. Agée de 12 ans à peine, Hannah Clark - qui vit à Mountain Ash (...

Une fillette de 12 ans vient de subir une opération révolutionnaire au cours de laquelle les chirurgiens lui ont retiré le c�ur greffé il y a dix ans et réactivé le c�ur natif, pour une meilleure qualité de vie. Agée de 12 ans à peine, Hannah Clark - qui vit à Mountain Ash (sud du Pays de Galles) - a déjà souffert de très nombreuses maladies au cours de sa petite vie. En 1996, alors qu'elle n'avait que deux ans, elle a subi une transplantation cardiaque de survie réalisée par le professeur Sir Magdi Yacoub, célèbre chirurgien cardiaque. Hannah souffrait d'une forme rare de cardiomyopathie: un coeur très affaibli et deux fois plus gros que la normale la rendait perpétuellement malade. Sans cette transplantation, la fillette n'aurait pas survécu. Cette première opération cardiaque visait à fixer, sur le coeur malade de Hannah, le greffon d'un donneur qui a alors pris le relais du coeur malade toujours connecté à Hannah et effectué l'essentiel du travail de pompage: deux coeurs battaient ainsi dans la cage thoracique de la fillette. Depuis cette première opération, Hannah a souffert d'innombrables maladies sans rapport avec la transplantation: pneumonie, insuffisance rénale et cancer lymphatique, pour lequel elle a été soignée avec succès par chimiothérapie en janvier. Hanna devait en permanence prendre des médicaments pour empêcher que son corps ne rejette le coeur greffé. En novembre, toutefois, un examen de routine apportait son lot de mauvaises nouvelles et révélait un début de rejet de l'organe greffé. L'opération que Hannah a alors dû subir pourrait très bien servir de matière à un film hollywoodien. La solution consistait à retirer le coeur greffé et à réactiver le coeur de Hannah - soit défaire ce qui avait été fait lors de la transplantation initiale. Le chirurgien qui avait réalisé la première opération, le professeur Sir Magdi Yacoub, a interrompu sa retraite pour conseiller une nouvelle équipe avant l'opération, laquelle s'est déroulée le 20 février à l'hôpital pédiatrique Great Ormond Street de Londres, mondialement connu. "Il y avait une petite chance pour que son coeur récupère", a déclaré le professeur Sir Yacoub lors d'une interview à la BBC. "D'un point de vue réaliste, c'était là la seule possibilité pour Hannah". L'opération était un voyage dans l'inconnu et la mère de Hannah, Elizabeth Clark, avait été avertie qu'elle pourrait être longue et que Hannah devrait peut-être passer des semaines ou des mois en soins intensifs. Il était difficile d'affirmer quoi que ce soit, l'opération étant tout simplement une première et ses conséquences inconnues. Au final, l'opération n'a pris que quatre heures et Hannah a pu rentrer chez elle cinq jours plus tard. "Ça a marché. C'est vraiment merveilleux", a déclaré le professeur Sir Yacoub. Comme l'a expliqué Elizabeth Clark, Hannah attend maintenant avec impatience de pouvoir retourner à l'école. "Nous ne serions pas ici aujourd'hui sans ce donneur", a-t-elle déclaré à la BBC. "La liste de transplantation est longue, et nous avons besoin de plus de donneurs. Il faut que tout le monde le sache." Ironiquement, après cette opération révolutionnaire, Hannah n'a jamais été en aussi bonne santé et n'a plus besoin de prendre les médicaments anti-rejet qui lui étaient indispensables avant l'opération. Le professeur Peter Weissberg est le directeur médical de la British Heart Foundation. "C'est un événement passionnant et important. Des chirurgiens comme le professeur Magdi Yacoub de la British Heart Foundation pensent depuis quelques temps qu'un coeur défaillant à la suite d'une inflammation aigue peut se rétablir s'il est mis au repos. "Cela parait être exactement ce qui s'est produit dans ce cas", a-t-il déclaré. "Le greffon a permis au coeur du patient de se reposer. Aujourd'hui, l'approche serait d'implanter un coeur mécanique, appelé "dispositif d'assistance ventriculaire", pour prendre le relais du coeur défaillant dans l'espoir qu'il se remettra et que le dispositif puisse être retiré au bout de quelques mois. "Il y a dix ans, ces instruments n'étaient pas suffisamment fiables, raison pour laquelle Hannah a reçu le c�ur d'un donneur en plus du sien. C'est un exemple par excellence de la façon dont une approche pionnière et innovante d'un problème médical peut déboucher sur des résultats surprenants qui nous en apprennent beaucoup sur les modes d'évolution de certaines maladies cardiaques. Par le passé, les patients souffrant d'inflammation cardiaque mourraient ou étaient transplantés avant que leur propre coeur n'ait eu la moindre chance de récupérer", a-t-il ajouté.

Articles connexes