Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Sauver les récifs coralliens dans le monde

Les récifs coralliens, souvent regorgeant de vie marine, sont parmi les écosystèmes les plus fragiles. Un récif en bonne santé peut héberger des milliers d'espèces, mais ces écosystèmes sont malheureusement soumis à des contraintes très fortes, qui mettent leur survie en dange...

Les récifs coralliens, souvent regorgeant de vie marine, sont parmi les écosystèmes les plus fragiles. Un récif en bonne santé peut héberger des milliers d'espèces, mais ces écosystèmes sont malheureusement soumis à des contraintes très fortes, qui mettent leur survie en danger. Une équipe internationale de chercheurs, dirigée par l'université de Newcastle au Royaume-Uni et la Wildlife Conservation Society aux États-Unis, a déterminé les points sur lesquels doivent porter les initiatives de conservation, si l'on veut sauver les récifs coralliens. Au niveau mondial, les récifs coralliens sont menacés de toutes parts. Une élévation d'à peine un ou deux degrés peut entraîner le blanchiment des coraux ou intensifier les effets de maladies infectieuses, avec pour résultat la destruction de grandes zones du corail. Certaines techniques de pêche, comme l'usage de la dynamite, sont également responsables de la destruction des récifs de corail. C'est pourquoi l'on a défini des zones de non-pêche, destinées à protéger à la fois les poissons et le récif qui est leur habitat. Cependant, cette dernière étude montre qu'il faut revoir et mettre à jour la localisation de ces zones. Une équipe internationale de chercheurs, originaires d'Australie, des États-Unis, de France, du Royaume-Uni et de Suède, s'est attachée à réaliser l'une des études les plus vastes en la matière. Elle a étudié des zones de non-pêche couvrant 66 sites sur 7 pays, dans l'océan Indien. L'étude a été publiée par la revue PLoS ONE. Les chercheurs ont découvert que les zones de conservation sont aujourd'hui mal situées, laissant certains récifs coralliens vulnérables aux effets des changements climatiques. Selon Nick Graham, l'auteur principal, de la School of Marine Science and Technology de l'université de Newcastle, il est urgent d'agir: «Il nous faut adopter une approche totalement nouvelle, et nous devons agir sur-le-champ». L'étude a montré que l'on devait conserver telles quelles les zones de non-pêche actuellement définies, mais qu'il fallait en créer d'autres pour protéger d'autres récifs. «Notre étude a montré qu'un bon nombre des zones de non-pêche sont mal situées. Il faut en définir de nouvelles, centrées sur des zones qui échappent aux effets du changement climatique ou se remettent bien de son impact. Mais il faut changer d'objectif, en augmentant la résistance du système dans son ensemble, ce qui veut dire qu'il faut réduire autant que possible les menaces d'origine locale», poursuit M. Graham. Pour assurer la survie des récifs coralliens, il faut aussi mettre en place un système global de gestion de l'écosystème. «Les coraux meurent lorsqu'ils subissent un stress. Il faut donc réduire sur l'ensemble de la zone l'impact direct des hommes, comme la surpêche, la pollution et la sédimentation», conclut M. Graham. «En supprimant toutes ces autres causes, nous donnerons au corail les meilleures chances de se remettre et de survivre aux changements de température qui pourraient résulter du réchauffement planétaire.»

Pays

Australie, France, Suède, États-Unis

Articles connexes