Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Église ou musée, une décision qui doit être dictée par la foi ou par l’histoire?

Personne ne conteste l’importance ni la valeur historique des lieux et objets dédiés à la pratique religieuse; par contre, leur affectation et leur sauvegarde sont à l’origine de nombreux débats, voire de conflits. Des recherches financées par le programme Marie Skłodowska-Curie mettent en lumière les différentes approches - religieuses et patrimoniales - qui tentent de répondre à cette question.

Société

«La raison principale qui m’a poussée à mener ces recherches était d’étudier comment, par le truchement de travaux de restauration et de conservation, les lieux de culte et les objets religieux s’insèrent dans la mouvance a priori non religieuse du patrimoine», explique la Dre Alanna Cant, boursière dans le cadre du projet MEXRES. C’est dans cette optique qu’elle a mené des recherches ethnographiques à Santa Cruz Mixtepec. Situé dans l’État d’Oaxaca, au sud du Mexique, ce village abrite une population majoritairement catholique et un monastère dominicain en ruine datant du XVIe siècle. Le monastère fait actuellement l’objet d’un projet de conservation du patrimoine géré et financé conjointement par la municipalité de Mixtepec, le gouvernement fédéral mexicain et une fondation culturelle privée. «J’ai choisi un site où les autorités locales collaborent avec des experts en patrimoine», explique la Dre Cant. «Je voulais découvrir non seulement les points litigieux caractéristiques de tels scénarios, mais aussi les zones de convergence des différentes perspectives et la manière dont elles se renforcent mutuellement.» Points de vue divergents Les recherches de MEXRES montrent que les acteurs des sphères religieuse et patrimoniale affichent des points de vue très différents sur la nature et la valeur des objets et lieux cultuels et sur le traitement qui devrait leur être réservé. «Ces divergences d’opinion sont non seulement palpables au niveau de l’affectation des ressources, mais aussi de la finalité du bâtiment», explique la boursière. Les recherches menées dans le cadre du projet ont abouti notamment à trois constatations importantes. La première, note la Dre Cant, est que «l’étude de l’interaction entre les acteurs de la sphère religieuse et de la sphère du patrimoine qui collaborent sur des projets de conservation nous éclaire non seulement sur le patrimoine religieux lui-même, mais nous aide aussi à comprendre l’articulation entre religion et non-religion/sécularisme dans les sociétés contemporaines». Deuxièmement, les projets concernant le patrimoine religieux n’appartiennent pas uniquement au champ de la culture ou des titres de propriété, ils sont aussi rassembleurs au niveau social et matériel où se négocient les valeurs sacrées et historiques des bâtiments et des objets. Et d’ajouter: «Ces champs d’action sont, par nature, liés à des types d’émotions, à une esthétique et à une "historicité" particulières – à des manières différentes d’appréhender le passé et son importance pour le présent et pour l’avenir.» Contributions aux dimensions culturelles, identitaires et historiques Les travaux du projet pourraient aider à nuancer les pratiques et les politiques patrimoniales dans différents contextes nationaux. Comme l’explique la Dre Cant: «Une des constatations est que si les communautés locales et les églises témoignent toujours un soutien indéfectible aux projets patrimoniaux, leur compréhension des enjeux et de l’affectation des sites ne sont pas toujours en phase avec la vision patrimoniale.» Les résultats du projet MEXRES mettent également en évidence l’influence du statut juridique et du régime de propriété sur l’affectation d’un lieu au culte. La Dre Cant a largement partagé ses informations sur MEXRES et les résultats de son projet par le biais de publications, de conférences et de séminaires, d’un atelier et d’une présentation publique. Elle a déposé des copies de son rapport dans les archives municipales et religieuses de Santa Cruz Mixtepec afin que toutes les informations bibliographiques et historiques restent à la disposition des membres de cette communauté. La boursière prévoit de tirer parti de ce projet pour mieux appréhender la façon dont le catholicisme et l’Église catholique en tant qu’institution contribuent à la compréhension de la culture, de l’identité et de l’histoire du Mexique.

Mots‑clés

MEXRES, patrimoine, espace religieux, Mixtepec, catholique, religion, culture, monastère, patrimoine religieux

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application