Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Galaxies «Green Pea»: les nouveautés, et un hommage à la science des citoyens

Une contribution à l'édition de cette année de la rencontre européenne et nationale conjointe d'astronomie (JENAM2010) à Lisbonne, au Portugal, a offert de nouvelles informations concernant la nature des galaxies communément appelées «Green Pea» (petits pois) et reconnu le rôl...

Une contribution à l'édition de cette année de la rencontre européenne et nationale conjointe d'astronomie (JENAM2010) à Lisbonne, au Portugal, a offert de nouvelles informations concernant la nature des galaxies communément appelées «Green Pea» (petits pois) et reconnu le rôle important des astronomes amateurs dans leur découverte. Les galaxies Green Pea ont pour la première fois été observées en 2007 par des volontaires participant au projet en ligne Galaxy Zoo. Des membres de la communauté en ligne avaient répondu à l'appel à contributions du projet pour trier une profusion d'images nocturnes du ciel produites par le Sloan Digital Sky Survey. Les participants devaient classer les galaxies selon une série de critères, une tâche se fondant sur l'évaluation humaine étant donné que les réponses ne sont pas toujours claires. Jusqu'à présent, plus d'un quart de million de personnes ont participé au projet. Des spécialistes des sciences des citoyens du monde entier y ont répondu avec engouement et se sont empressés de signaler un grand nombre de galaxies présentant des différences. Petites et vertes, ces galaxies sont plus connues sous l'appellation «Green Peas» (petits pois). Ces galaxies semblent compactes, à faible masse, traversant une étape intense de leur évolution qui présente des taux élevés de formation stellaire (des sources fertiles d'étoiles dans la configuration, situées à une distance d'environ 1,5 à 5 milliards d'années lumière). Avant sa présentation du 10 septembre 2010, Ricardo Amorin de l'Instituto de Astrofísica de Andalucía de Grenade, en Espagne, déclarait: «Cette découverte de Green Pea représente un exemple fabuleux de la façon dont des citoyens communs, des 'amoureux de l'astronomie', peuvent aider les scientifiques grâce à leurs efforts collectifs. Ils parlent de science avec des astronomes professionnels, et ont rédigé un article excellent sur Wikipedia concernant les galaxies Green Pea qui offre de précieuses informations aux personnes du monde entier.» La classification des galaxies contribue à un corps de connaissances qui permet aux chercheurs de s'intéresser de plus près à notre passé planétaire. «La découverte des galaxies Green Pea a ouvert une nouvelle fenêtre sur l'évolution galactique et la formation stellaire dans l'univers précoce», expliquait M. Amorin. De récentes découvertes ont montré que ces galaxies sont pauvres en éléments autres que l'hélium et l'hydrogène, ce qui pourrait être dû à l'affaiblissement des courants de gaz et de vents de supernovae puissants. En termes de surprises, Galaxy Zoo et Galaxy Zoo 2 (une version améliorée) en ont offert plus que les Peas. Par exemple, un objet remarqué par un volontaire Néerlandais en 2007 a défié toute explication pendant de nombreuses années jusqu'à ce qu'il soit interprété avec circonspection comme un phénomène provoqué par un trou noir hypermassif en juin 2010. Les nouvelles découvertes de M. Amorin sur les galaxies Green Pea ont été annoncées par le centre médiatique du projet Europlanet RI («European planetology network research infrastructure»), soutenu par l'UE à hauteur de 6 millions d'euros au titre du septième programme-cadre (7e PC). Europlanet RI promeut une plus grande coopération et des synergies dans le domaine des sciences planétaires en offrant aux chercheurs et organisations de recherche l'accès à des infrastructures de pointe, des données et des possibilités de mise en réseau. Il contribue également à la diffusion générale et à des activités d'information afin de tenir les parties prenantes au courant des travaux effectués par la communauté des sciences planétaires en Europe et de valoriser le profil de ce domaine auprès du grand public. L'aventure Galaxy Zoo se poursuit avec une nouvelle imagerie fournie par le télescope spatial Hubble, en offrant aux astronomes amateurs une nouvelle chance de marquer leur empreinte sur la science planétaire.

Pays

Espagne, Portugal

Articles connexes