Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Deux lauréats européens du prix Nobel de physique placent l'Europe en tête de la recherche

L'UE a l'honneur d'annoncer que deux de ses bénéficiaires de subventions, le professeur Konstantin Novoselov et le professeur Andre Geim de l'université de Manchester au Royaume-Uni, ont reçu le prix Nobel de physique pour leurs travaux révolutionnaires sur les graphènes à deu...

L'UE a l'honneur d'annoncer que deux de ses bénéficiaires de subventions, le professeur Konstantin Novoselov et le professeur Andre Geim de l'université de Manchester au Royaume-Uni, ont reçu le prix Nobel de physique pour leurs travaux révolutionnaires sur les graphènes à deux dimensions. Le professeur Novoselov et son collègue, le professeur Andre Geim, ont tout deux reçu le prix de distinction pour leurs travaux sur le graphène, une couche d'atomes de carbone extrêmement fine (de l'épaisseur d'un atome) qui devraient révolutionner l'électronique et la photonique, et notamment les ordinateurs, les capteurs et les cellules solaires. Le professeur Novoselov travaillait aux Pays-Bas avant de s'installer au Royaume-Uni. Le scientifique aux origines russes et son équipe ont reçu des subventions de l'UE, dont un financement de l'activité horizontale NEST («Sciences et technologie nouvelles et émergentes») du sixième programme-cadre (6e PC) de l'UE et du Conseil européen de la recherche (CER) pour soutenir leurs travaux. Le graphène est unique dans le sens où il est extrêmement rigide tout en associant des propriétés mécaniques et électroniques extraordinaires. À l'aide de ruban adhésif (scotch), le matériau a été extrait d'un morceau de graphite que l'on retrouve dans les crayons à papier. Les tests ont montré que les couches de graphène sont pratiquement transparentes à 100%, faisant d'eux d'excellents conducteurs de chaleur et d'électricité. Dans un article récemment publié dans la revue Science décrivant la découverte du graphène, le professeur Novoselov expliquait: «[La découverte] de ce matériau polyvalent ouvre de nouvelles portes pour le développement d'équipement électronique innovant.» Le prix Nobel de physique est un témoignage des travaux ardus menés par le professeur Novoselov, le plus jeune lauréat du prix depuis 1973, et son collègue, le professeur Geim. Le prix met également en évidence les mesures prises par l'UE pour la promotion des scientifiques et de leurs travaux, ainsi que la coopération en Europe et au-delà. La découverte du graphène est un élément essentiel du projet SIBMAR («Obtaining atomically resolved structural information on individual biomolecules using electron holography»), coordonné par l'université de Zurich en Suisse, et qui a reçu plus de 1,5 million d'euros au titre du programme NEST du 6e PC et renforcé par la participation des professeurs Geim et Novoselov dont l'expertise et la vision innovante sur le graphène ont permis à mener à bien le projet. Rassemblant des experts de République tchèque, de Suisse et du Royaume-Uni, le projet SIBMAR visait à développer une technique d'imagerie holographique tridimensionnelle (3D) de biomolécules à une résolution atomique grâce à des électrons de faible énergie pour leur source lumineuse. Les partenaires de SIBMAR expliquaient qu'une source cohérente d'électrons de faible énergie est utilisée pour illuminer des objets dans un microscope à source ponctuelle électronique de basse énergie (LEEPS). Ils ont développé un prototype de microscope LEEPS qui pouvait visualiser la structure moléculaire jusqu'à deux angstroms, et ont testé des microscopes LEEPS existants pour s'assurer qu'aucun défaut n'était reproduit. Ils ont également facilité l'observation des biomolécules par microscopie LEEPS en utilisant différentes méthodologies. C'est à ce moment qu'est intervenu le graphène; les partenaires ont testé une option basée sur des films atomiquement fins construits à partir de cristaux bidimensionnels (2D). Depuis la découverte du graphène, l'UE soutient vivement la recherche dans ce domaine, finançant plus de 40 projets et proposant une formation aux chercheurs travaillant sur ce thème. En 2008, un appel à propositions de recherche avait été lancé au titre du septième programme-cadre (7e PC) dans le cadre du thème NMP (technologies industrielles). Il est incontestable que les Européens occupent la première place en matière de science; ils encouragent la recherche exploratoire dans des domaines aussi variés que l'ingénierie et les sciences des matériaux. L'UE aide les scientifiques qui veulent faire la différence à mener leurs travaux de recherche, et leur propose un financement important et un soutien inébranlable. Les programmes-cadre de l'UE rassemblent les éléments clés d'une science révolutionnaire: la coopération et l'échange de connaissances; par ailleurs, elle aide les scientifiques du continent à obtenir des résultats étonnants et à garder la tête haute. Commentant sur la récompense du prix Nobel et son importance pour l'Europe, la commissaire européenne en charge de la recherche, l'innovation et la science, Máire Geoghegan-Quinn déclarait: «L'Europe peut être fière de ses scientifiques et de leurs travaux. C'est une grande première pour le Conseil européen de la recherche, et j'espère que d'autres prix Nobels suivront pour récompenser l'investissement important de l'Europe dans ses meilleurs scientifiques et leurs recherches innovantes en Europe.»

Pays

Suisse, Tchéquie

Articles connexes