Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Les conduits internes des calottes glaciaires pourraient ralentir l'écoulement glaciaire

D'après une nouvelle recherche, les étés plus chauds provoqués par le changement climatique ne sont pas aussi catastrophiques pour la calotte glaciaire du Groenland que ce qu'annonçaient les prévisions, et ils pourraient en fait ralentir l'écoulement glaciaire. La recherche a ...

D'après une nouvelle recherche, les étés plus chauds provoqués par le changement climatique ne sont pas aussi catastrophiques pour la calotte glaciaire du Groenland que ce qu'annonçaient les prévisions, et ils pourraient en fait ralentir l'écoulement glaciaire. La recherche a été en partie financée par le projet ICE2SEA («Estimating the future contribution of continental ice to sea-level rise»), soutenu à hauteur de presque 10 millions d'euros au titre du thème environnement du septième programme-cadre (7e PC) de l'UE. L'étude a été récemment publiée dans la revue Nature. La calotte glaciaire du Groenland couvre à peu près 80% de la surface totale de l'île et contient suffisamment d'eau pour augmenter de sept mètres le niveau de la mer si elle fondait complètement. L'augmentation des températures en Arctique ces dernières années ont conduit au rétrécissement de la calotte glaciaire, ce qui nous rapproche du point de non retour. Une partie de la perte de glace a été attribuée à l'accélération des glaciers en raison de la fonte accrue de la glace de surface. Tous les étés, des températures plus chaudes font fondre la glace à la surface de la calotte. Cette eau traverse ensuite une série de canaux à la base du glacier et permet à la calotte glaciaire de s'écouler rapidement à travers le substrat rocheux en direction de la mer. Toutefois, cette dernière étude a montré que la fonte accrue au cours des années plus chaudes provoque un système de drainage interne à la calotte glaciaire qui s'adapte et écoule plus d'eau de fonte, sans accélérer l'écoulement glaciaire vers les océans. Ces résultats ont un impact important sur les évaluations futures de l'élévation mondiale du niveau de la mer. Jusqu'à présent, la modélisation de l'accélération estivale de l'écoulement glaciaire s'est avérée difficile pour les scientifiques, ce qui a conduit à des incertitudes quant aux prévisions sur l'élévation future du niveau de la mer. «On pensait qu'une augmentation de fonte à la surface accélérerait la calotte glaciaire et provoquerait un recul plus rapide, mais notre étude montre qu'en réalité, c'est le contraire aurait lieu», affirmait le professeur Andrew Shepherd de l'Université de Leeds School of Earth and Environment au Royaume-Uni. «Si tel est bien le cas, les augmentations de fonte à la surface attendues au cours du XXIème siècle pourraient n'avoir aucun effet sur le taux de perte de glace à travers l'écoulement», ajoutait-il, en avertissant toutefois que «cela ne signifie pas que la calotte glaciaire est à l'abri du changement climatique, car l'impact de la fonte à destination des océans reste incertain». Les chercheurs ont utilisé des observations satellite de six glaciers enclavés au sud-ouest du Groenland, obtenues par l'Agence spatiale européenne, afin d'étudier le développement de l'écoulement glaciaire au fil des années de fonte différente. Bien que l'accélération initiale de la glace semble identique aux années précédentes, le ralentissement est survenu plus tôt au cours des années plus chaudes. Les auteurs ont suggéré qu'au cours de ces années, l'abondance de l'eau de fonte déclenche un changement précoce dans les conduites à la base de la glace, en provoquant une perte de charge menant à des vitesses glaciaires réduites. Ce comportement ressemble à celui des glaciers de montagne, où l'accélération de la période estivale de glace se réduit une fois que l'eau de fonte peut être drainée de façon efficace. Le Dr Edward Hanna de l'University of Sheffield au Royaume-Uni, co-auteur de l'étude, affirmait que la recherche «souligne également l'utilité des ensembles modernes de données rectangulaires sur le climat et de simulations de modèles de fonte pour l'exploration saisonnière et les variations annuelles de la dynamique de la calotte glaciaire du Groenland et leur relation avec le système climatique mondial». Le programme ICE2SEA vise à quantifier la contribution de l'eau continentale à l'élévation du niveau de la mer au cours des 200 prochaines années. À cette fin, les chercheurs mèneront des études sur les processus clés dans les systèmes des glaciers de montagne et les calottes glaciaires, telles que Svalbard en Arctique ou la Patagonie en Amérique du sud, et dans les calottes glaciaires des régions polaires du Groenland et de l'Antarctique. Ils prévoient également de développer des modèles de calottes glaciaires et de modèles glaciers pour générer des projections détaillées quant à la contribution de la glace continentale à l'élévation du niveau de la mer au cours des deux siècles à venir.Pour de plus amples informations, consulter: Université de Leeds: http://www.leeds.ac.uk/ Revue Nature: http://www.nature.com/ ICE2SEA: http://www.ice2sea.eu/

Articles connexes