Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Un bon équilibre des nutriments propice à la bonne santé des récifs

Les récifs de corail font partie des écosystèmes les plus vieux au monde et, comme les habitats humains, ils fournissent abri et nourriture à une grande variété d'espèces marines. En réalité, on observe plus d'espèces marines vivant dans les récifs de corail au mètre carré que...

Les récifs de corail font partie des écosystèmes les plus vieux au monde et, comme les habitats humains, ils fournissent abri et nourriture à une grande variété d'espèces marines. En réalité, on observe plus d'espèces marines vivant dans les récifs de corail au mètre carré que n'importe quelle autre espèce de l'environnement marin. Cependant, malgré leur apparente solidité, ils sont aussi très fragiles; la manipulation humaine, la pollution chimique et un changement des niveaux salins sont des facteurs pouvant les endommager. Lorsqu'ils sont stressés, ils libèrent des algues, perdent leur couleur et deviennent blancs, ou «délavés», et si le stress perdure, ils peuvent même s'éteindre. Une nouvelle recherche menée par l'université de Southampton et le centre océanographique national de Southampton a découvert que les cas de récifs de corail susceptibles au blanchiment pourraient augmenter en raison d'un déséquilibre des nutriments dans les eaux où se trouvent ces récifs. Cette étude a été publiée dans le dernier numéro de la revue Nature Climate Change. L'article présente leurs résultats, qui stipulent que l'enrichissement en nutriments de l'eau pourrait entraîner une plus forte probabilité des coraux à souffrir du blanchiment induit par la chaleur. Les chercheurs de l'université de Southampton menaient leurs études au laboratoire dédié aux récifs de corail du Centre océanographique national de Southampton. C'est là-bas qu'ils ont découvert que le manque de phosphate chez les algues se traduisait par une augmentation de l'apport en azote dissout, associé à une disponibilité restreinte du phosphate. On associe cette condition à une réduction de l'efficacité photosynthétique, et elle augmente la susceptibilité des coraux à la température et au blanchiment induit par la lumière. Le Dr Jörg Wiedenmann, maître de conférences en océanographie biologique de l'université de Southampton et responsable du laboratoire dédié aux récifs de corail, a dirigé l'étude. Il déclarait: «Nos résultats montrent que l'impact le plus grave sur la santé des coraux pourrait en réalité ne pas provenir du sur-enrichissement par l'un des groupes de nutriments, par exemple l'azote, mais de la déplétion relative en résultant d'autres types tels que le phosphate, qui s'explique par la demande croissante des populations de zooxanthelles». Le corail, malgré sa taille, comporte de nombreux polypes qui forment conjointement une couche de tissus vivants couvrant les squelettes calcaires. Ils dépendent d'une seule cellule appelée zooxanthelle, une algue qui vit dans les polypes des coraux. La survie de l'animal corallien et des zooxanthelles dépend de leur interaction dans une relation symbiotique. Le corail apporte aux algues les nutriments nécessaires ainsi qu'un lieu de vie, et en échange, les algues offrent au corail certains produits de leur photosynthèse, lui apportant ainsi une source d'énergie importante. Les températures élevées de l'eau peuvent cependant bloquer les réactions photosynthétiques dans les cellules algales, entraînant une accumulation des composés d'oxygène toxique, et en raison de leur relation symbiotique, ceci peut menacer la survie du corail et se traduire par une perte des zooxanthelles. La croissance des zooxanthelles est restreinte à l'apport limité de nutriments. Ceci permet à l'algue de transférer une quantité importante du carbone qu'ils ont fixé par photosynthèse, lequel est essentiel à la relation symbiotique. La croissance algale devient déséquilibrée lorsque la demande cellulaire excède la disponibilité d'un nutriment spécifique, une condition que l'on appelle privation de nutriment. Sans les algues, les coraux apparaissent de couleur blanche, un état que l'on caractérise de «blanchiment des coraux». Lorsque cela se produit, le résultat est souvent la mort du corail et le blanchiment massif des coraux a déjà eu des effets dévastateurs sur les écosystèmes de récifs de corail. Le Dr Wiedenmann ajoutait: «Nos résultats auront d'importantes implications en matière de gestion côtière. Ils montrent qu'une réduction équilibrée de l'apport en nutriments dans les eaux côtières pourrait aider à atténuer les effets de l'élévation des températures de l'eau de mer sur les récifs de corail. Cependant, ces mesures seront efficaces pour un temps relativement court, aussi faut-il agir rapidement pour arrêter le réchauffement des océans, sans quoi la plupart des récifs, sous leur forme actuelle, seront bientôt détruits. Enfin, nos résultats devraient aider à concevoir le fonctionnement des réserves marines.»Pour de plus amples informations, consulter: Centre océanographique national, Southampton: http://www.soton.ac.uk Laboratoire dédié aux récifs de corail: http://www.noc.soton.ac.uk/corals/

Articles connexes