Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Les technologies vertes pour combattre les cyanotoxines

Les villes du monde entier situées sur les fleuves et autres cours d'eau sont menacées par les efflorescences algales, lorsque la population des algues d'un environnement aquatique augmente à des taux élevés allant de centaines à des milliers de cellules par millilitre, voire ...

Les villes du monde entier situées sur les fleuves et autres cours d'eau sont menacées par les efflorescences algales, lorsque la population des algues d'un environnement aquatique augmente à des taux élevés allant de centaines à des milliers de cellules par millilitre, voire de millions de cellules par millilitre. Dans certains cas, des efflorescences algales toxiques se développent, ce qui entraîne une croissance de phytoplancton néfaste ou toxique, qui menacent les autres organismes. Une équipe internationale de partenaires de recherche ont uni leurs forces pour développer de nouvelles technologies 'vertes' afin de détruire les toxines aquatiques découlant de ces efflorescences algales toxiques. L'équipe de recherche, dirigée par le Dr Tony Byrne, et basée en Irlande, au centre NIBEC (Nanotechnology and Integrated Bioengineering Centre), sur le campus de Jordanstown à l'université d'Ulster, étudie une technologie propre comme principal domaine de recherche. «Les 'technologies vertes' décrivent des produits et des services de compétences spécialisées permettant d'améliorer la performance opérationnelle, la productivité ou l'efficacité, tout en réduisant les coûts, les entrées, la consommation énergétique, les déchets ou la pollution», commente le Dr Byrne. «L'augmentation de ces efflorescences dans les estuaires et les systèmes aquatiques d'eau douce est un problème constant car il menace sérieusement la faune, la flore et l'homme.» La gravité du problème en Irlande a été mise en évidence pendant l'été alors que des efflorescences algales toxiques ont été détectées dans le lac Loughbrickland, près de Banbridge, dans le comté de Down, ainsi qu'au Moor Lough, près de Strabane, dans le comté de Tyrone. Les deux lacs, célèbres pour les pêcheurs et activités récréatives, ont dû être fermés au public pendant plusieurs semaines. Les efflorescences algales sont naturelles et ne posent pas nécessairement un risque pour l'homme ou les animaux. Mais un apport important de nutriments limités dans l'eau suite à la pollution augmente le risque d'efflorescences algales toxiques. Comme l'explique le Dr Byrne: «Les efflorescences qui contiennent des cyanobactéries, autrefois appelées algues bleu-vert, peuvent être dangereuses, car ces micro-organismes peuvent produire et libérer des cyanotoxines, dont les hépatotoxines, les dermatotoxines et les neurotoxines, extrêmement toxiques. Le dioxyde de titane est une poudre blanche utilisée dans les écrans solaires, la peinture, dans les cosmétiques et parfois même dans la nourriture (E171). Il s'agit d'un pigment non toxique, mais une fois excité par un rayonnement UV, il devient un puissant catalyseur capable de détruire les substances polluantes dans l'eau. Ce processus est connu sous le nom de photocatalyse et notre défi est de renforcer son efficacité solaire, car les rayons solaires contiennent une petite portion d'UV. Nous avons déjà démontré la destruction des cyanotoxines dans des conditions de laboratoire en utilisant de nouveaux catalyseurs sous la lumière solaire, mais nous devons encore clarifier ce mécanisme.» Les chercheurs d'Ulster ont reçu un soutien dans le cadre de l'initiative de partenariat de R&D États-Unis/Irlande, et collaborent avec des experts américains. Tous les chercheurs participant sont impliqués dans d'autres projets de recherche explorant l'utilisation de processus avancés d'oxydation pour l'élimination de cyanotoxines des sources d'eau. Une licence en technologies verte a été introduite par la faculté d'ingénierie sur le campus de Jordanstown en 2009, faisant de l'université le seul établissement au Royaume-Uni et en Irlande à offrir des cours consacrés aux technologies vertes. La première série d'étudiants sera diplômée l'été prochain et le Dr Byrne est très optimiste en ce qui concerne les offres d'emploi dans le secteur des technologies vertes: «Les technologies vertes (ou éco-technologies) attirent des milliards d'euros d'investissement et renforcent l'espoir d'un futur durable et moins pollué. Il y a donc d'excellentes opportunités d'emplois ouvertes aux diplômés qui contribueront à ce secteur industriel très prometteur. Les problèmes mondiaux comme l'apport en énergie, la pollution environnementale et l'accès à une eau propre exigent des solutions innovantes et nos recherches contribuent à ces progrès technologies qui créent des opportunités de favoriser la croissance économique.»Pour plus d'informations, consulter: Partenariat de R&D États-Unis/Irlande: http://www.sfi.ie/funding/funding-calls/open-calls/us-ireland-rd-partnership-programme/ NIBEC - Ulster Nanotechnology and Integrated Bioengineering Centre: http://www.nibec.ulster.ac.uk/

Pays

Irlande, États-Unis