Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Les sols secs ont besoin des fortes pluies

L'eau: environ 60 % du poids de notre corps en est constitué, l'eau est le principal composant chimique du corps. Chaque système dans notre corps en a besoin; elle apporte les nutriments vers nos cellules et retire les toxines de nos organes vitaux. Sans eau nous ne pourrions ...

L'eau: environ 60 % du poids de notre corps en est constitué, l'eau est le principal composant chimique du corps. Chaque système dans notre corps en a besoin; elle apporte les nutriments vers nos cellules et retire les toxines de nos organes vitaux. Sans eau nous ne pourrions pas survivre. Le rôle de l'eau est similaire pour la Terre. Le cycle mondial de l'eau est un acteur majeur des circulations atmosphériques mondiales, contrôlant le cycle mondial de l'énergie (à travers une chaleur latente) ainsi que les cycles de carbone, de nutriments et de sédiments. La recherche récente indique que les tempêtes d'après-midi ont plus de chances de se développer lorsque les sols sont desséchés. Cette étude a été partiellement financée par le projet WATCH («Water and global change»), qui a été soutenu par 9,9 millions d'euros sous la thématique «Sustainable development, global change and ecosystems» du sixième programme-cadre (FP6) européen. L'équipe de recherche était constituée de scientifiques de l'Union Européenne, dont la France, les Pays-Bas, l'Autriche et le Royaume-Uni, et menée par le Dr. Chris Taylor du Conseil de recherche environnemental naturel (NERC), Centre de l'écologie et de l'hydrologie au Royaume-Uni. Leur recherche, qui a été publiée dans Nature, s'est penchée sur les processus hydrologiques de six continents. Les résultats obtenus par l'équipe de recherche ont un impact important pour le développement futur des modèles de climats et météorologiques mondiaux, des modèles qui peuvent actuellement simuler un nombre excessif de sècheresses. Les scientifiques ont examiné les images des satellites météorologiques qui suivent le développement des nuages annonçant une tempête à travers le globe. Lorsqu'ils correspondent avec des lieux où de nouvelles tempêtes se sont produites et que les images montrent à quel point le sol était humide, leur surprise est de taille. Le Dr. Taylor explique: «Nous avons étudié les tempêtes en Afrique et nous savions que les nuages de pluie ont tendance à se diriger vers les lieux où il n'a pas plu depuis quelques jours. Nous étions surpris de voir un schéma similaire se produire dans d'autres régions du monde comme aux États-Unis et en Europe continentale. Dans ces climats moins extrêmes, où la végétation est plus dense, nous nous attendions à ce que l'effet de l'humidité du sol soit trop faible pour être identifié». Les chercheurs ont ensuite comparé leurs observations avec six modèles de climats météorologiques utilisés pour simuler le changement climatique. Ce qu'ils ont découvert est vraiment surprenant. Ils ont découvert que des modèles climatiques actuels fonctionnaient de la mauvaise manière, déclenchant la pluie sur les sols les plus humides. Ceci signifie que les modèles climatiques qui existent actuellement ont tendance à suivre un cercle vicieux où les sols secs limitent les pluies, générant des sols encore plus secs et ainsi de suite. Cette étude conclut que solutionner ce problème est une priorité pour les scientifiques développant des modèles climatiques. Le docteur Taylor a jouté que «la chaleur et l'humidité sont des ingrédients majeurs pour que les nuages de pluie se forment l'après-midi. Lors des jours ensoleillés, la terre chauffe l'air, créant des conditions thermiques qui atteignent plusieurs kilomètres dans l'atmosphère. Si le sol est sec, les conditions thermiques sont plus fortes, et notre nouvelle recherche montre que cela encourage les pluies». Le co-auteur Dr. Françoise Guichard du CNRS et Météo-France (CNRM-GAME) estime que «nous devons améliorer les modèles climatiques afin d'avoir une meilleure idée de ce que représentera le changement climatique mondial sur des échelles régionales plus petites». Le projet WATCH a rassemblé les communautés hydrologiques, climatiques et celles des ressources en eau pour analyser, quantifier et prévoir les composants des cycles mondiaux, futurs et actuels, de l'eau et les états connexes des ressources en eau; a évalué leurs incertitudes; et a clarifié la vulnérabilité d'ensemble des ressources mondiales en eau liées aux principaux secteurs économiques et sociaux. Pour plus d'informations, consulter: WATCH http://www.eu-watch.org/ NERC Centre for Ecology & Hydrology http://www.ceh.ac.uk/