Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Des Européens visent à fournir un meilleur accès aux données sur la biodiversité

Les pays scandinaves ont lancé un accord visant à encourager et à mettre en place une infrastructure nordique de science en ligne pour la recherche sur la biodiversité et les écosystèmes. Baptisé LifeWatch, cette initiative européenne a vu le jour dans le cadre du Forum straté...

Les pays scandinaves ont lancé un accord visant à encourager et à mettre en place une infrastructure nordique de science en ligne pour la recherche sur la biodiversité et les écosystèmes. Baptisé LifeWatch, cette initiative européenne a vu le jour dans le cadre du Forum stratégique européen pour les infrastructures de recherche (ESFRI). LifeWatch cherche à offrir un meilleur accès aux données sur la biodiversité en faveur de la recherche environnementale. La majeure partie des données sur la biodiversité sont détenues par des instituts de recherche, des institutions de gestion environnementale et des organisations non gouvernementales (ONG). En garantissant un meilleur accès au public, la recherche scientifique sur la biodiversité et les écosystèmes obtiendra le coup de pouce dont elle a besoin. Une question très délicate concerne la gestion durable de la biodiversité de la planète et des services d'écosystèmes. LifeWatch nous permettra de mieux comprendre les fonctions de nos écosystèmes et de faire des prévisions et des simulations, concernant notamment les interactions dans l'environnement et la répartition des espèces dans un monde en constante évolution. Les travaux menés par l'équipe de LifeWatch profiteront aux décideurs politiques locaux et mondiaux. «Les pays scandinaves ont la capacité de créer une autoroute conjointe d'informatique sur la biodiversité qui donnera lieu à des recherches et des modèles de pointe pour une utilisation durable de nos ressources naturelles», déclarait le professeur Ulf Gärdenfors, responsable de l'équipe suédoise de LifeWatch du centre suédois d'informations sur les espèces de l'université suédoise des sciences agricoles (SLU). La Suède est le premier de quatre pays scandinaves à commencer la construction de cette infrastructure de recherche nationale pour la biodiversité aux côtés de l'initiative LifeWatch. La SLU collabore avec plusieurs universités et institutions du pays. Le Danemark, la Finlande et la Norvège lui emboîteront rapidement le pas. Les membres de l'équipe nordique LifeWatch ont officiellement commencé leur collaboration début novembre. L'objectif de l'équipe est d'identifier le potentiel scientifique d'une infrastructure nordique commune sur la base des inventaires des besoins des utilisateurs, des référentiels de données actuels et des limites relatives au partage des données en général. Les résultats générés par leurs travaux mèneront au développement de stratégies et à une proposition de financement d'une phase de construction de l'initiative nordique LifeWatch en coopération avec divers groupes dont des conseils de recherche, des communautés de recherche et des ministères gouvernementaux. Dans le cadre d'ESFRI, LifeWatch étudiera des problèmes dans les domaines suivants: l'observation des espèces et la science participative; les capteurs; les traits des espèces; les organismes de biodiversité; les services d'écosystèmes et les données auxiliaires (observation de la Terre). Des experts oeuvrent actuellement à développer un consortium LifeWatch européen conjoint auxquels des chercheurs espagnols, italiens et néerlandais souhaiteraient participer.Pour plus d'informations, consulter: LifeWatch: http://www.lifewatch.eu/web/guest/home Université suédoise des sciences agricoles (SLU): http://www.slu.se/en/

Pays

Danemark, Finlande, Norvège, Suède

Articles connexes