Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Des scientifiques élucident le mystère des cellules à l'origine du carcinome basocellulaire

Pendant des années, les chercheurs ont essayé d'identifier les changements moléculaires qui se produisent dans les cellules initiatrices de tumeurs dès la toute première mutation oncogénique de développement jusqu'au stade de tumeurs invasives. Le cancer de la peau le plus fré...

Pendant des années, les chercheurs ont essayé d'identifier les changements moléculaires qui se produisent dans les cellules initiatrices de tumeurs dès la toute première mutation oncogénique de développement jusqu'au stade de tumeurs invasives. Le cancer de la peau le plus fréquemment diagnostiqué chez l'homme est le carcinome basocellulaire, avec plus d'un million de cas signalés chaque année. Une équipe de chercheurs, financée par l'UE et dirigée par le professeur Cédric Blanpain de l'Université libre de Bruxelles (ULB), a identifié les évènements moléculaires qui se produisent lors de l'initiation du carcinome basocellulaire. Cette étude a été récemment publiée dans la revue Nature Cell Biology et a été partiellement financée par le Conseil européen de la recherche (CER), qui a attribué une subvention de démarrage d'une valeur de 1,6 million d'euros au prof. Blanpain. En utilisant un modèle de souris inductible, l'équipe de recherche belge a découvert que les cellules initiatrices du carcinome basocellulaire sont d'abord reprogrammées avant d'être mutées en carcinome invasif. «Nous avons été extrêmement surpris de voir que les cellules initiatrices de tumeurs ont été progressivement et profondément reprogrammées en une identité moléculaire qui ressemble à des cellules progénitrices présentes pendant le développement embryonnaire», a déclaré le Dr Youssef, l'auteur principal de la publication. Les scientifiques ont démontré que la voie de signalisation Wnt/beta-caténine est activée dans les cellules initiatrices du carcinome basocellulaire immédiatement après l'expression oncogène; ils ont par ailleurs observé, en utilisant des inhibiteurs génétiques ou pharmacologiques, que cette voie de signalisation était nécessaire tant pour la reprogrammation des cellules initiatrices de tumeurs que pour l'initiation des tumeurs. L'équipe du professeur Blanpain a travaillé en collaboration avec les physiciens du département de dermatologie, pathologie et chirurgie plastique à l'Hôpital Erasme de Bruxelles pour démontrer que les cellules humaines initiatrices du carcinome basocellulaire se comportent de la même façon que celles de la souris modèle, sont donc également reprogrammées en progéniteurs embryonnaires du follicule pileux et activent la voie de signalisation Wnt/beta-caténine. «Je suis tout particulièrement intéressé par ces travaux, car cette recherche fondamentale se révèle être totalement adaptée aux maladies humaines, avec l'identification de nouvelles voies potentielles pour le traitement ou la prévention de l'occurrence du cancer le plus commun chez l'homme», affirmait le professeur Blanpain. Cette étude de recherche devrait bénéficier grandement aux travaux futurs sur le cancer et la biologie du développement et des cellules souches. Ont également contribué au financement de cette étude le Fonds de la recherche scientifique (FNRS), le programme d'excellence CIBLES de la Région wallonne, la Fondation contre le Cancer, la Fondation ULB, le Fonds Yvonne Boël, le Fonds Gaston Ithier et le programme de l'EMBO pour les jeunes chercheurs.Pour plus d'informations, consulter: Université libre de Bruxelles: http://www.ulb.ac.be/ulb/presentation/uk.html Nature Cell Biology: http://www.nature.com/ncb/index.html

Pays

Belgique

Articles connexes