Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Sur la piste de l'exposition aux polluants environnementaux

Travailler à l'amélioration de la qualité de l'air est l'un des domaines dans lesquels l'Union européenne s'est révélé être très actif, en contrôlant les émissions de substances nocives, en améliorant la qualité du carburant et en intégrant des exigences de protection de l'env...

Travailler à l'amélioration de la qualité de l'air est l'un des domaines dans lesquels l'Union européenne s'est révélé être très actif, en contrôlant les émissions de substances nocives, en améliorant la qualité du carburant et en intégrant des exigences de protection de l'environnement dans les secteurs du transport et de l'énergie. L'UE finance aujourd'hui, dans une aventure unique, son plus grand investissement pour la santé de l'environnement. Les participants à l'étude seront en possession de smartphones (téléphones intelligents) équipés de capteurs permettant de mesurer les expositions à l'environnement, et leur sang sera analysé pour surveiller les changements moléculaires. L'un des objectifs est de chercher des différences entre les biomarqueurs des personnes traversant des zones à faible pollution atmosphérique et ceux des personnes exposées à des fumées urbaines, et ce afin de comprendre les éléments déclencheurs d'affections telles que les maladies cardiaques, le cancer du poumon et l'asthme. En comprenant mieux les éléments déclencheurs des maladies mentionnées ci-dessus, il serait possible de les prévoir dans de nombreux cas, aussi cette étude est-elle particulièrement importante. Un air de faible qualité est considéré comme un facteur déclencheur de nombreux problèmes de santé. Selon l'European Heart Network, les maladies cardiovasculaires (MCV) demeurent chaque année la principale cause de décès en Europe. Alors que le tabagisme est la principale cause de cancer du poumon, il affecte aussi ceux qui n'ont jamais fumé mais qui sont exposés à des niveaux élevés de pollution de l'air ou d'autres produits chimiques, par exemple. L'asthme est une autre maladie en augmentation dans toute l'Europe et souvent déclenchée par une réaction allergique à des substances couramment respirées dans l'air. Comprendre les causes de ces conditions, ainsi que les produits chimiques auxquels les personnes sont exposées et leurs effets sur le corps, sera l'objectif principal de deux projets majeurs, qui bénéficient d'un financement combiné de 17,3 millions d'euros de la Commission européenne. L'étude de l'exposome (à savoir les effets des expositions environnementales sur la santé) aidera les scientifiques à se faire une image globale de l'influence des polluants de l'environnement sur la santé. Les chercheurs espèrent que cette étude de quatre ans bénéficiera à la santé publique à un niveau que la recherche génomique n'a jamais pu atteindre. Le premier des deux projets, intitulé Exposomics, implique 12 institutions partenaires dirigés par l'Imperial College London, avec la participation du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). L'autre est le projet HELIX, dirigé par le Centre de recherche en épidémiologie environnementale (CREAL), qui implique 13 institutions partenaires. Ces projets viseront à élaborer des outils de haute technologie pour améliorer la capacité à mesurer l'exposome (définie comme composant environnemental), avec un accent particulier accordé aux expositions aux produits chimiques multiples contenus dans les aliments, dans l'air et dans l'eau pendant les périodes critiques de la vie d'une personne. Le chercheur à la tête du projet Exposomics, le professeur Paolo Vineis de la School of Public Health de l'Imperial College London, ajoute: «Le séquençage du génome humain a fourni une mine de renseignements sur la susceptibilité génétique impliquée dans la maladie, mais il est désormais clair que les maladies les plus lourdes, comme le cancer, le diabète, les maladies cardiaques ainsi que les maladies neurodégénératives comme la maladie d'Alzheimer, sont causées majoritairement par des facteurs autres que génétiques. Ceux-ci sont susceptibles d'inclure des aspects de la vie et de l'environnement, mais les rôles précis des différents facteurs causant les maladies ne sont pas bien compris». Le projet HELIX, quant à lui, construit une exposome de début de vie en mettant l'accent sur ??les enfants et les femmes enceintes étant plus sujets aux influences environnementales de par le fait que leurs organes sont encore en développement. Les chercheurs vont suivre ces biomarqueurs liés aux maladies afin d'évaluer les effets de l'exposition aux polluants environnementaux sur la croissance, l'obésité, le développement immunitaire et l'asthme. Le projet fera appel à la technologie pour mesurer l'exposition aux polluants environnementaux (tels que les pesticides, les gaz d'échappement diesel et la fumée du tabac) et leur effet global sur le corps ainsi que la façon dont ils influent le risque de maladie. Le Dr Vrijheid, coordinateur du projet HELIX, ajoute: «Les résultats de ces projets nous aideront à nous faire une image globale sur la façon dont différents types d'expositions coexistent et leur impact conjoint sur la santé». Les premiers résultats devraient apparaître d'ici deux ans.Pour plus d'informations, consulter: Commission européenne - DG Recherche et innovation http://ec.europa.eu/research/environment/index_en.cfm?pg=health Centre de recherche en épidémiologie environnementale (CREAL) http://www.creal.cat/en_index.html Imperial College London http://www1.imperial.ac.uk/medicine/people/p.vineis/ Présentation sur Youtube: http://www.youtube.com/watch?v=WpEFk_kgVMs HELIX: http://www.helixproject.eu

Pays

Royaume-Uni

Articles connexes

Politiques et directives

15 Janvier 2013