Skip to main content

Open Innovation Platform for IoT-Big Data in Sub-Sahara Africa

Article Category

Article available in the folowing languages:

Les communautés locales d’Afrique subsaharienne vont profiter d’une version rentable de l’Internet des objets

Étant donné les bénéfices qu’apportent l’Internet des objets et les mégadonnées (Big Data) aux communautés locales, un projet s’est attelé à ouvrir de nouvelles perspectives en Afrique subsaharienne.

Économie numérique

Le manque d’infrastructures, comme l’accès à Internet ou à l’électricité, est un problème pour l’Afrique rurale et un enjeu pour la transition numérique. Toutefois, de nombreuses applications de l’Internet des objets (IdO), par exemple pour l’irrigation, la pisciculture ou la surveillance du bétail n’ont pas besoin de données en temps réel. Si elles sont bien conçues, la détection et la mise en action peuvent être appliquées sans connexion Internet, en ayant recours au calcul informatisé en périphérie de réseau («edge computing» en anglais) qui consiste à rapprocher le stockage de données de l’endroit où il faut les traiter. WAZIUP, un projet de recherche et d’innovation UE-Afrique, est parvenu à mettre en place une plateforme IdO et Big Data en source ouverte en Afrique subsaharienne afin d’améliorer les conditions de travail en zone rurale. En travaillant à la fois avec des agriculteurs et des éleveurs (les utilisateurs finaux), et avec des entrepreneurs et des investisseurs technologiques, le projet a mis au point une approche Do-It-Yourself (DIY) de résolution des problèmes en combinant un catalogue d’options matérielles et logicielles et des tutoriels. Des technologies IdO accessibles et abordables WAZIUP fournit aux communautés des solutions IdO ouvertes en recourant à des logiciels en source ouverte et à du matériel IdO, ce qui signifie que l’équipe n’a pas eu à accroitre ses ressources en développant la technologie elle-même, mais s’est concentrée sur ses applications. «Notre objectif principal consistait à adapter localement cette technologie en ayant recours à des ressources et à des compétences disponibles sur place pour revoir la conception, quand cela était nécessaire, et créer une solution économique et durable» explique le coordinateur du projet, M. Abdur Rahim. Par l’intermédiaire de la plateforme de développement GitHub, l’équipe a partagé le logiciel d’intégration et ses modèles de code prêt à l’emploi, ainsi que des tutoriels d’assemblage étape par étape expliquant comment utiliser les solutions IdO avec le matériel disponible localement. Aujourd’hui, 100 000 personnes, en Afrique et hors Afrique, ont eu accès à ces outils. Les principales solutions proposées par WAZIUP incluent: une plateforme de détection de longue portée IdO qui utilise du matériel Arduino en source ouverte (WaziDev), une plateforme portail de longue portée IdO avec du matériel Raspberry-PI (WaziGate), une plateforme cloud modulaire et sécurisée IdO avec un tableau de bord ouvert qui intègre des composants matériels et logiciels pour le développement d’application IdO (WaziCloud) et une application pour l’agriculture destinée à une analyse des données et à une visualisation avancées (WaziFarm). WAZIUP a développé et piloté quatre produits viables à minima sur 11 sites situés au Sénégal, au Ghana, au Burkina Faso et au Togo: un capteur d’humidité du sol pour optimiser l’irrigation, une station météo, un collier intégrant la technologie GPS pour lutter contre le vol de bétail et une bouée pour surveiller la qualité de l’eau dans les bassins de pisciculture. Créer un écosystème IdO panafricain Tout en aidant à l’atteinte des objectifs de développement durable (ODD), les solutions à bas coûts de WAZIUP contribuent à la création d’opportunités d’emplois et au développement des compétences, notamment pour les jeunes. WAZIUP est désormais enregistrée en Allemagne en tant qu’organisation à but non lucratif de recherche, d’innovation et de renforcement des capacités, guidée par sa vision axée sur ses contributions aux objectifs de développement durable. «Nous considérons WAZIUP comme le projet de référence en matière d’IdO en Afrique. Nous avons formé plus de 200 développeurs sur le continent et nous pensons que notre concept, qui consiste à créer un écosystème, en fait un projet viable», explique M. Rahim. Afin de promouvoir la création de cet «écosystème» IdO panafricain, l’équipe envisage deux modèles d’affaires: proposer des solutions IdO de bout en bout pour les entrepreneurs et les plateformes technologiques afin de lancer les prototypes des applications IdO, et établir un système de franchise pour les solutions applicables à l’agriculture. En effet, l’équipe a déjà entamé des discussions avec des PME locales pour que ces solutions deviennent disponibles sur le marché. L’UE finance actuellement un projet de suivi dénommé WAZIHUB conçu pour stimuler la création de start-ups, renforcer les capacités et impliquer les plateformes d’innovation locales dans 20 pays d’Afrique. Ces plateformes opéreront localement mais seront connectées à l’écosystème africain WAZIHUB.

Mots‑clés

WAZIUP, Internet des Objets, mégadonnées, Big Data, Afrique subsaharienne, objectifs de développement durable, plateformes technologiques, communautés locales, source ouverte, entrepreneurs, agriculteurs, éleveurs

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application