Skip to main content

Article Category

Entretien

Article available in the folowing languages:

Vers une coopération UE-Chine en matière de TIC

Les projets du 7e PC ne concernent pas uniquement des recherches concrètes et des nouvelles technologies. Certaines initiatives tout aussi importantes visent à établir des liens entre les communautés scientifiques, même de différentes disciplines ou de différentes régions. Le ...

Les projets du 7e PC ne concernent pas uniquement des recherches concrètes et des nouvelles technologies. Certaines initiatives tout aussi importantes visent à établir des liens entre les communautés scientifiques, même de différentes disciplines ou de différentes régions. Le projet OPENCHINAICT en est un exemple. Les technologies de l'information et de la communication (TIC) représentent l'un des marchés les plus concurrentiels et innovants du monde. Les statistiques sont suffisamment éloquentes: plus de 2,7 milliards de personnes utilisent l'Internet en 2013 et plus de 6 milliards ont accès à un téléphone mobile. Selon le vice-président de la Commission, Neelie Kroes, remplir totalement le marché unique de l'UE en communications numériques pourrait stimuler notre économie de 110 milliards d'euros par an; soit plus de 0,8% du PIB de l'UE. L'innovation, de meilleures infrastructures et des investissements en R&D sont essentiels pour atteindre cet objectif, le secteur ne permettant pas le moindre «doute». La concurrence internationale est féroce et des pays comme la Chine devraient dépenser au moins 234 milliards d'euros pour les TIC en 2013. Y a-t-il alors une place pour la coopération? Le projet OPENCHINAICT1, financé par le 7e PC, a passé près de deux ans à insister sur les avantages mutuels qu'une coopération accrue pourrait apporter à ces deux régions. L'Europe a beaucoup à apprendre des efforts de la Chine dans la recherche sur les TIC pour se préparer aux défis à venir et la recherche sur les TIC chinoise peut bénéficier d'une intégration dans l'environnement de la recherche européenne. Kay Matzner, coordinateur de OPENCHINAICT, a évoqué dans le magazine research*eu consacré aux résultats les mesures prises par le projet pour renforcer le dialogue direct entre les parties prenantes, y compris les décideurs et les chercheurs, tant de l'UE que de Chine. Quels sont les principaux objectifs du projet? Le principal objectif du projet OPENCHINAICT était de contribuer de manière significative et mesurable à la facilitation de la coopération de la recherche liée aux TIC entre l'Europe et la Chine. Ce résultat a été mis en œuvre par la création d'une enquête de feuille de route européenne et chinoise pour examiner, des deux côtés, les paysages de recherche en matière de TIC. Pour renforcer davantage la coopération et entamer des dialogues politiques, le projet a organisé une grande conférence et deux ateliers thématiques liés respectivement aux «Villes intelligentes et durables» et à «l'Internet des objets», dans différentes régions de Chine. Le consortium a, de plus, pris en charge des réunions de consultation politique entre les parties prenantes officielles d'Europe et de Chine. Les résultats du projet ont été utilisés pour rédiger «Un plan de coopération TIC entre l'UE et la Chine», conçu comme un guide pour que la DG CONNECT de la CE puisse promouvoir la coopération internationale Europe-Chine en matière de TIC. La concurrence internationale peut-elle coexister avec une coopération renforcée? Toutes les théories et les données économiques et économétriques soutiennent une internationalisation axée sur des avantages pour tous en matière d'intégration économique et de la recherche. En recherche, les collaborations sont essentielles pour avancer et relever les défis mondiaux, car elles donnent accès aux meilleurs compétences et savoirs disponibles. L'internationalisation a impacté les systèmes R&D du monde entier et les chaînes de valeur de l'innovation sont désormais interconnectées. L'impact économique global de l'internationalisation pour tous les acteurs concernés est positif grâce aux effets de capacité, aux transferts de technologie inverses, aux effets de l'accès aux marchés et présente d'autres avantages. En ce qui concerne la Chine, le moteur important pour le succès des économies européennes a été l'accroissement du commerce des produits de haute technologie. Il nous a aidés à faire face à la récente crise financière mondiale même s'il oblige l'Europe à pouvoir évaluer ses propres systèmes d'innovation. Certaines économies européennes moins prospères peuvent encore s'améliorer à ce niveau. Quels avantages mutuels attendez-vous de la collaboration TIC avec la Chine? Les consortiums du projet OPENCHINAICT ont réalisé une analyse approfondie de la Chine et de l'Europe afin de mieux comprendre tous les aspects importants de cette collaboration. Les contributeurs chinois et européens ont identifié de potentiels avantages mutuels tels que les opportunités d'accès au marché, la mise en œuvre mutuelle de normes, l'accès au savoir-faire et à l'échange mutuel, l'amélioration des dialogues politiques et l'accès mutuel aux ressources humaines et naturelles. Cependant, ces collaborations sont contestées des deux côtés par des malentendus culturels, des transferts involontaires de savoir-faire, la concurrence et les conflits politiques. Alors que les Européens semblent plutôt favorables à de telles collaborations, nos interlocuteurs chinois ne comprennent pas vraiment la valeur ajoutée que leur apporte la recherche européenne financée par la Commission et sont donc réticents à soutenir ces collaborations au niveau européen avec leurs propres ressources. Quelles sont les difficultés rencontrées et comment en êtes-vous venus à bout? Les projets avec des partenaires d'économies émergentes comme la Chine représentent toujours un défi. Cela est principalement dû à des différences en termes de cultures de travail, de structures organisationnelles, de méthodologies, de milieux et d'environnements juridiques. Ces obstacles peuvent entraîner des retards lors de la mise en œuvre de projets et ne sont pas toujours prévisibles lors du lancement des projets, les personnes impliquées et les partenaires étant tous différents. Le projet OPENCHINAICT n'est pas une exception à cette règle, mais nous sommes parvenus à résoudre ces problèmes en intensifiant nos efforts de communication et de gestion. Quels résultats concrets le projet a-t-il obtenu à ce jour? OPENCHINAICT ne mène pas de recherches concrètes, mais travaille plutôt à la facilitation du dialogue entre les acteurs européens et chinois pour faciliter et développer une réelle coopération scientifique. Le résultat le plus tangible est le plan de coopération que nous avons établi ensemble, mais nous avons également renforcé les canaux de réseautage pour les fonctionnaires et les chercheurs chinois et européens. Comment le projet bénéficiera-t-il à a recherche et à la coopération sur les TIC? Le consortium du projet pense que le plan de coopération sera largement reçu et acceptée par la Commission européenne et les autorités chinoises. Il leur fournira des conseils sur la façon d'améliorer les collaborations de recherche. Quelles sont les prochaines étapes pour le projet? Le projet progresse dans ses deux objectifs les plus importants: la publication du plan final de coopération et la conférence de fin du projet OPENCHINAICT qui aura lieu à Vilnius le 5 novembre. Les participants intéressés par la conférence ou souhaitant accéder à nos documents de projet peuvent consulter la page web du projet. Le projet est coordonné par l'Institut Fraunhofer en Allemagne.Pour plus d'informations, veuillez consulter: OPENCHINAICT http://openchina-ict.eu/ Fiche d'informations du projet

Pays

Allemagne

Articles connexes