Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Un espoir inattendu pour les maladies liées aux dommages à l’ADN

De nouvelles connaissances sur la façon dont une cellule réagit aux dommages à l’ADN ouvrent la voie à de meilleurs traitements du cancer.

Santé

Les lésions de l’ADN dans les cellules peuvent entraîner des maladies génétiques et différents cancers. Pour réparer tout dommage, un processus dans notre organisme alerte les protéines réparatrices et les recrute sur le site endommagé. Ce processus s’appelle l’ADP-ribosylation (ADPr) et sa compréhension est essentielle au développement de meilleurs traitements pour les maladies associées aux dommages à l’ADN, telles que le cancer. Cependant, jusqu’à récemment, les scientifiques rencontraient des difficultés dans leurs efforts pour étudier les mécanismes moléculaires sous-jacents impliqués. Des connaissances inattendues sur ces mécanismes ont été obtenues au cours d’une recherche soutenue par le projet InVivo_DDR_ADPR financé par l’UE. L’objectif initial du projet consistait à cartographier tous les sites ADPr du ver Caenorhabditis elegans, dont le génome a été le premier génome animal entièrement séquencé. En cartographiant ces sites, les chercheurs ont voulu découvrir tous les mécanismes moléculaires impliqués dans la réparation des dommages à l’ADN. Cependant, au début de leurs recherches, les scientifiques ont découvert que les signalements ADPr pouvaient également se lier à la sérine, un acide aminé, découvrant ainsi la sérine ADPr (Ser-ADPr) comme nouveau type de marque histone. Si les réseaux régulateurs sous-jacents à ce processus peuvent être compris, cela peut conduire à des traitements plus efficaces des maladies liées aux dommages à l’ADN. «Cela peut sembler anodin, mais dans "l’usine" qu’est une cellule, il s’agit d’un mécanisme important», déclare le Dr Juan José Bonfiglio, chercheur au laboratoire Matic lab, de la Max Planck Society for the Advancement of Science en Allemagne et coordinateur du projet, dans un article publié sur le site Web de «News Medical». «C’est comme découvrir une nouvelle lettre dans un alphabet que vous pensiez connaître — à savoir l’alphabet utilisé par la cellule pour l’envoi de messages internes essentiels.»

Nouvelles connaissances de la réponse aux dommages à l’ADN d’une cellule

En utilisant leur nouvelle découverte, l’équipe a ensuite décrit la base biochimique de Ser-ADPr en identifiant comment le signal ADPr est écrit sur la sérine d’acides aminés, puis effacé une nouvelle fois. Elle a montré que lorsque des dommages à l’ADN surviennent, le marquage de la sérine joue un rôle crucial dans la réponse de la cellule à ces dommages. Les nouveaux outils mis au point au cours des travaux de recherche ont débouché sur deux demandes de brevet impliquant un nouveau moyen de générer des anticorps spécifiques à un site qui permettent la détection de sites ADPr spécifiques. «Nous sommes convaincus que ces outils seront utiles non seulement pour nos propres projets, mais également pour la communauté scientifique en général», explique le Dr Bonfiglio. Les découvertes réalisées avec le soutien d’InVivo_DDR_ADPR (Decoding the DNA damage signalling in C. elegans by proteomic analyses of ADP-ribosylation) ont déclenché le réexamen de l’étendue des connaissances acquises jusqu’ici sur la réparation de l’ADN. Elles ont également conduit à de nouvelles recherches sur la manière dont l’ADPr régule la réponse de l’organisme aux dommages à l’ADN. Si nous parvenons à trouver des moyens d’améliorer la réparation de l’ADN, cela pourrait conduire à de meilleurs traitements pour les maladies liées à des dommages à l’ADN comme le cancer. Pour plus d’informations, veuillez consulter: page web du Matic lab

Pays

Allemagne

Articles connexes