Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Les transports zéro émission passent la vitesse supérieure en Europe

Grâce à une initiative de l’UE, l’hydrogène se retrouve sur une voie qui promet de faire enfin fructifier son potentiel de longue date en tant que solution énergétique propre.

Transports et Mobilité

Les voitures à hydrogène sont considérées comme une solution possible pour réduire la pollution provoquée par les moteurs diesel et essence; toutefois, le déploiement massif des véhicules électriques à pile à combustible (FCEV) n’a pas encore eu lieu. Comme le note un rapport publié par l’Agence internationale de l’énergie (AIE), produire de l’hydrogène à partir d’énergie sobre en carbone est onéreux et le développement d’une infrastructure adéquate est lent, tout cela contribuant à freiner son adoption à grande échelle. Selon l’AIE, le moment est venu de faire passer ces technologies à l’échelle supérieure et de faire baisser les coûts afin d’accorder à l’hydrogène une place de choix dans un futur énergétique propre, sûr et abordable. C’est là que le projet H2ME, financé par l’UE, entre en jeu, ouvrant la voie à la commercialisation des piles à combustible et des technologies à base d’hydrogène en Europe. Comme le souligne un communiqué de presse, cette initiative a en effet conduit au déploiement d’environ 500 FCEV fonctionnant à l’hydrogène et de 30 stations de ravitaillement en hydrogène (SRH) en Allemagne, en France, au Royaume-Uni et dans d’autres pays européens. Cité dans ce communiqué, Ben Madden, directeur d’Element Energy et responsable et coordinateur du projet, explique que: «Les gouvernements tant au niveau national que local sont en train d’établir des objectifs concrets pour réduire les gaz émis et accélérer le passage à une mobilité zéro émission. Le projet H2ME démontre que l’hydrogène peut jouer un rôle central dans cette évolution en garantissant que tous les usagers de la route aient la possibilité de participer à la transition grâce à sa capacité de ravitaillement rapide en carburant et à sa longue autonomie.» Il ajoute: «Aujourd’hui, nous observons déjà une accélération du recours à l’hydrogène en tant que combustible pour les poids lourds et les véhicules à forte demande comme les taxis, les engins de livraison et les camions.»

Une solution paneuropéenne

Grâce à l’initiative du projet H2ME (Hydrogen Mobility Europe), le déploiement des SRH en Europe continue à se développer de plus en plus rapidement et le nombre de déplacements réalisés avec des FCEV haute intensité et longue distance augmente. Depuis le début du projet en 2015, des véhicules fonctionnant avec des technologies à l’hydrogène ont parcouru plus de 8 millions de kilomètres, avec près de 5 millions de kilomètres pour la seule année 2018. Outre ses efforts pour mettre en place le plus grand réseau de SRH du monde, H2ME «partage ses meilleures pratiques et ses normes avec ses 43 partenaires et contribue au développement de modèles de propriété attractifs dans ses cas d’utilisation, par exemple pour les taxis ou les flottes captives et dans des villes s’étant fixées des objectifs environnementaux stricts», ajoute le même communiqué de presse. «Au total, le projet déploiera 49 SRH et 1 400 voitures et utilitaires fonctionnant à l’hydrogène d’ici 2022.» Les FCEV utilisent de l’hydrogène gazeux comprimé comme combustible pour générer de l’énergie électrique et ne produisent aucune émission de gaz d’échappement nocive, le seul sous-produit émis étant la vapeur d’eau. En outre, ils sont également bien plus silencieux que les véhicules conventionnels étant donné que leurs piles à combustible ne dépendent pas de la combustion et nécessitent peu de pièces mobiles. Il existe beaucoup de sources à partir desquelles il est possible de générer de l’hydrogène, notamment le gaz naturel et les énergies renouvelables. Le site web du projet H2ME souligne que: «Même si l’hydrogène est généré à partir de gaz naturel, comme c’est généralement le cas, la pile à combustible peut permettre de réduire significativement la quantité de carbone émis par comparaison avec un moteur diesel. Quand il est produit à partir de sources faiblement carbonées (énergies renouvelables, biomasse ou énergie nucléaire), les émissions de carbone sont totalement éliminées.» La première phase du projet H2ME d’une durée totale de 5 ans a été lancée en 2015, et a été suivie par la seconde phase H2ME 2 (Hydrogen Mobility Europe 2) en 2016. Les initiatives H2ME sont soutenues par le Fuel Cells and Hydrogen Joint Undertaking, l’un des partenariats public-privé de l’UE. Pour plus d’informations, veuillez consulter: site web du projet H2ME

Pays

Royaume-Uni

Articles connexes