European Commission logo
français français
CORDIS - Résultats de la recherche de l’UE
CORDIS

ThermoEye an innovative system for pigs' fever early detection

Article Category

Article available in the following languages:

Un système de surveillance du bien-être des porcs pourrait réduire le recours aux antibiotiques

Le plus grand défi, pour contenir la menace de la résistance aux antibiotiques, ne vient pas de leur usage excessif chez les humains, mais de leur emploi excessif sur le bétail pour prévenir la propagation des maladies. ThermoEye est un système de surveillance qui permet d’identifier les maladies de manière précoce afin de les isoler et de les traiter rapidement.

Alimentation et Ressources naturelles icon Alimentation et Ressources naturelles

Le marché mondial du porc pèse plus de 100 milliards d’euros. Étant donné qu’ils cherchent à obtenir une productivité élevée en confinant les animaux dans des espaces clos, les éleveurs de porcs utilisent régulièrement des médicaments préventifs, notamment des antibiotiques, afin de réduire la propagation des maladies. Les animaux rejettent dans leurs excréments des traces de médicaments qui se retrouvent dans la chaîne alimentaire par le biais du cycle agraire (sous forme d’engrais). Et, comme cela a été bien mis en lumière, l’exposition répétée aux antibiotiques confère une immunité aux micro-organismes, ce qui rend ces mêmes antibiotiques inefficaces. Les ingénieurs de ThermoEye ont conçu un système de type Internet des objets sans contact pour surveiller la température des animaux en utilisant des capteurs bolométriques peu coûteux. En détectant la fièvre à un stade précoce, ThermoEye aide les agriculteurs à trouver des alternatives écologiques aux antibiotiques. L’équipe surveille actuellement plus de 2 000 porcs à l’aide d’un éventail de systèmes adaptés à différents scénarios. La solution actuelle offre une précision de 0,4 degré Celsius. Le soutien de l’UE a permis à l’équipe de préparer une étude de faisabilité et de mettre au point un produit plus fiable et plus stable ainsi que des modèles fondés sur l’IA.

Le système de surveillance

ThermoEye est un système sans contact qui contrôle le bien-être du cheptel porcin. Des caméras bolométriques distribuées, connectées à un serveur central, enregistrent la température des porcs et, si elles détectent des anomalies, marquent l’animal suspect avec un colorant, alertant immédiatement les éleveurs et les vétérinaires par SMS ou e-mail. «Cela permet des interventions rapides, telles que la mise à l’écart d’individus pour leur traitement, ce qui réduit considérablement le risque de propagation des maladies», explique Przemysław Sękalski, coordinateur du projet. Les capteurs bolométriques fonctionnent comme des caméras infrarouges, mesurant la quantité d’énergie émise par un corps. Le système permet de surveiller la température de chaque animal d’un troupeau 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, avec une grande précision. «Le coût de chaque appareil se situe maintenant entre 400 et 1 000 euros, selon la version, et nous pouvons surveiller jusqu’à 500 animaux avec un seul appareil, en fonction de la façon dont celui-ci est monté», explique Sękalski. «Nous avons même personnalisé une solution pour les différentes étapes de l’élevage porcin, qui englobe une unité spéciale destinée à augmenter le taux de natalité chez les truies en gestation.» Le système ThermoEye peut être monté sur des cages ou des corridors lestés (dans lesquels il surveille chaque animal situé sous le capteur). Il est également possible de le fixer à des distributeurs de nourriture ou à des stations d’abreuvement. Pour les truies, il est monté dans des cages individuelles au-dessus de la tête des animaux.

Une solution qui profite autant aux éleveurs qu’aux vétérinaires et aux consommateurs

Grâce à ThermoEye, les éleveurs maximisent leur investissement, les clients obtiennent du porc sans antibiotiques (sans augmentation du prix) et les vétérinaires disposent de nouveaux outils pour la surveillance du cheptel. Au vu de la récente interdiction des antibiotiques préventifs par le Parlement européen, qui entrera en vigueur en 2022, ThermoEye s’inscrit pleinement dans la stratégie de l’UE. L’équipe a recueilli plus de 300 millions de mesures de la température corporelle de porcs et mis au point des modèles d’IA pour évaluer l’état de santé d’un animal. En collaboration avec l’Université des sciences de la vie de Poznań, en Pologne, et les éleveurs polonais, ils travaillent à adapter le système à des cycles d’élevage plus précis et ont déjà signé un accord de distribution avec l’un des plus grands producteurs d’infrastructures porcines en Pologne, la société Wesstron. L’équipe recherche des investisseurs pour les aider à optimiser les coûts, la fiabilité et la stabilité, ainsi qu’à améliorer les algorithmes d’IA, en testant leurs modèles dans différentes fermes et infrastructures. Lorsqu’il s’agit de surveiller le bien-être des porcs afin d’identifier rapidement les problèmes de santé et de réduire ainsi l’utilisation inutile d’antibiotiques, ThermoEye ne fait pas les choses à moitié.

Mots‑clés

ThermoEye, cochons, maladie, antibiotiques, ferme, affection, capteurs, bétail, troupeau, porc, bien-être animal

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application