Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Comment sauver les olives des maladies destructrices

Des scientifiques ont surveillé l’impact d’une bactérie tueuse d’oliviers en Italie à l’aide de données satellitaires. Cette recherche aidera à prévenir toute propagation ultérieure et les dommages éventuels.

Alimentation et Ressources naturelles

Les agents pathogènes végétaux, ou les virus infectieux, les bactéries et les moisissures pourraient être à l’origine de baisses significatives des rendements agricoles, et menacer la sécurité alimentaire et l’intégrité de l’écosystème. Entre 2012 et 2017, la bactérie Xylella fastidiosa (Xf) a gravement endommagé les grands vergers de 538 km2, soit l’équivalent d’environ 6,5 millions d’oliviers dans les Pouilles, au sud de l’Italie, selon les données rapportées par le Centre commun de recherche (CCR) de la Commission européenne. Lors de la 2e Conférence européenne sur Xf organisée conjointement par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et plusieurs partenaires du projet POnTE, financé par l’UE, le Dr Pieter Beck du CCR a indiqué que ces informations avaient été recueillies à l’aide des données satellitaires Sentinel‑2 et qu’elles avaient été appuyées par des données météorologiques. Sa présentation est illustrée dans une vidéo. Cité dans un article publié dans «Eurasia Review» portant sur cette conférence, le Dr Beck a expliqué qu’une telle utilisation des données satellitaires «peut aider à évaluer l’étendue des dommages causés par Xylella» et «informer sur les décisions à prendre pour s’adapter dans les zones où elle est établie». Selon un communiqué de presse de l’EFSA, 350 spécialistes de la santé végétale provenant du monde entier ont assisté à cette conférence qui était axée sur les façons dont «les sciences peuvent aider à trouver des solutions contre les parasites végétaux causant des dommages environnementaux et économiques à travers l’Europe». Les résultats et les défis majeurs du projet POnTE ont également été présentés lors de cet évènement. Les chercheurs du projet ont examiné les différents aspects de Xf et de ses vecteurs dans l’olive, la vigne, les agrumes, les fruits à noyau, les plantes ornementales et les arbres paysagers. «Des branches fragilisées, des feuilles séchées et durcies, des fruits rétrécis font partie des symptômes d’une infection causée par Xylella fastidiosa. Les arbres infectés sont réellement séchés de l’intérieur», comme indiqué dans une note d’information de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Une propagation aux autres régions

Normalement trouvée dans les Amériques, cette bactérie a d’abord été détectée en Italie en 2013, et elle a commencé à se répandre rapidement à travers l’Europe du Sud, en affectant l’Espagne et la France. La note d’information de la FAO indique également que cet agent pathogène, pour lequel aucun traitement n’est connu, menace aussi de se répandre au Proche‑Orient et dans la région d’Afrique du Nord. La prévention et le dépistage précoce sont perçus comme étant indispensables à l’atténuation de la menace potentielle que constitue Xf. Cité dans «Eurasia Review», Sybren Vos de l’EFSA a indiqué: «Les technologies de télédétection peuvent contribuer au dépistage précoce de Xylella par le biais du dépistage des symptômes pré‑visuels sur les végétaux hôtes.» Le projet POnTE (Pest Organisms Threatening Europe), qui s’est achevé en octobre 2019, était axé sur le soutien de la prévention, du dépistage précoce, de la maîtrise et de la gestion d’un groupes de parasites menaçant l’agriculture et la sylviculture de l’UE. Outre Xf, POnTE a découvert Candidatus Liberibacter solanacearum et ses vecteurs affectant un certain nombre de cultures stratégiques telles que celles des pommes de terre, des tomates et des carottes. Ce projet portait également sur Hymenoscyphus fraxineus et les espèces émergentes de Phytophthora affectant les espèces de feuillus et les conifères dans les écosystèmes forestiers. Pour plus d’informations, veuillez consulter: site web du proje POnTE

Pays

Italie

Articles connexes

Progrès scientifiques
Alimentation et Ressources naturelles

2 Mars 2017