Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

TENDANCES SCIENTIFIQUES: Grâce à la COVID-19, il est temps d’aplatir la courbe du changement climatique

Le 50e anniversaire de la Journée de la Terre a souligné la nécessité de mettre en place une action climatique compte tenu de l’impact du confinement imposé par le coronavirus sur l’environnement en Europe.

Recherche fondamentale

«Alors que la COVID-19 a entraîné une grave crise sanitaire et économique internationale, notre échec à lutter contre le changement climatique pourrait menacer le bien-être humain, les écosystèmes et les économies durant des siècles», a déclaré le secrétaire-général de l’Organisation météorologique mondiale des Nations unies, Petteri Taalas, lors d’une conférence de presse virtuelle à l’occasion de la Journée de la Terre. «Nous devons aplatir les courbes de la pandémie et du changement climatique.»

Lutter de la même manière contre le changement climatique et la COVID-19

M. Taalas poursuit: «Nous devons afficher la même détermination et la même unité contre le changement climatique que contre la COVID-19. Nous devons agir ensemble dans l’intérêt de la santé et du bien-être de l’humanité, pas seulement pour les semaines et les mois à venir, mais pour de nombreuses générations à venir.» Selon l’Agence européenne pour l’environnement (AEE), la pollution atmosphérique diminue et la qualité de l’air est meilleure du fait des mesures de confinement. L’AEE contrôle la qualité de l’air en Europe, et les données sont mesurées toutes les heures sur le terrain dans environ 3 000 stations de contrôle. En mars dernier à Rome, les concentrations de dioxyde d’azote (NO2), un polluant atmosphérique, étaient de 26 à 35 % inférieures par rapport à mars 2019. Durant la semaine du 16 au 22 mars, Madrid enregistrait une diminution de 41 % par rapport à la même semaine en 2019. Vous pouvez contrôler les taux de concentration de votre ville grâce à la visionneuse de l’AEE. Hans Bruyninckx, directeur exécutif de l’AEE, a expliqué la signification de ces statistiques. «Les données de l’AEE montrent une image précise de la chute de la pollution atmosphérique, notamment en raison de la baisse de la circulation dans les villes. Toutefois, aborder les problèmes de qualité de l’air à long terme nécessite des politiques ambitieuses et des investissements à caractère prospectif. En tant que tels, la crise actuelle et ses effets multiples sur notre société vont à l’encontre de ce que nous essayons d’atteindre, à savoir une transition juste et bien gérée vers une société résiliente et durable.» Le service Copernicus de surveillance de l’atmosphère (CAMS) fournit des informations similaires sur la qualité de l’air. Il a également constaté que les taux de pollution atmosphérique en NO2 ont chuté en Europe depuis l’apparition de la COVID-19. «Je ne pense pas que nous puissions dire que cette diminution aura une importance à long terme. Toutefois, à court terme, je pense que ces diminutions sont utiles. Le niveau de pollution atmosphérique affecte la santé cardio-pulmonaire en général, et le fait que la pollution est moins importante au moment où le virus circule est forcément une bonne chose», a déclaré Vincent-Henri Peuch, directeur du CAMS, à Euronews.

En tirons-nous des leçons?

Selon M. Peuch, la manière dont nous traiterons les questions environnementales et lutterons contre le changement climatique à l’avenir est plus importante que les niveaux record enregistrés en ce moment: «Les leçons tirées dès que cette crise sera derrière nous seront très importantes pour (repenser) le problème de la pollution atmosphérique. Malheureusement, le changement climatique sera toujours une réalité et ne sera pas vraiment influencé par cette crise.» C’est là que le pacte vert pour l’Europe de la Commission européenne, présenté en décembre 2019, est plus que jamais nécessaire. Les décideurs ne pouvaient alors pas se douter qu’il occuperait une place centrale dans les efforts de reprise de l’UE après la COVID-19. Visant à faire de l’Europe le premier continent neutre sur le plan climatique, il propose une feuille de route afin de rendre durable l’économie européenne en transformant les défis climatiques et environnementaux en opportunités. Le moment est idéal pour que l’UE envoie un message clair et opportun sur le changement climatique, et qu’elle montre la même unité et la même résolution que durant la crise de la COVID-19.

Mots‑clés

COVID-19, changement climatique, environnement, confinement, coronavirus

Articles connexes