Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Vers des communications quantiques pour tous

Une équipe de jeunes chercheurs ambitieux travaille à faciliter le déploiement à grande échelle des communications quantiques.

Recherche fondamentale

Les technologies quantiques ont le potentiel de révolutionner notre façon de calculer, de communiquer, de mesurer et de détecter. Toutefois, un certain nombre d’obstacles doivent encore être surmontés avant que cette technologie ne fasse partie intégrante de notre vie quotidienne. C’est là qu’intervient le projet QCALL, financé par l’UE. «Le projet QCALL a pour but de surmonter ces obstacles et de faciliter le déploiement à grande échelle des communications quantiques», explique Mohsen Razavi, professeur à l’Université de Leeds et coordinateur du projet QCALL. C’est pourquoi nous appelons le projet “communications quantiques pour tous”!» Le projet QCALL fait partie du réseau European Innovative Training Networks (ITN), une initiative qui vise à former la prochaine génération de chercheurs en début de carrière, créatifs, entreprenants et innovants.

Relever les principaux défis

En réunissant 15 chercheurs doctorants, le projet QCALL s’est attaché à relever les principaux défis auxquels sont confrontées les technologies de communication quantique. À titre d’exemple, un groupe de chercheurs a mis au point des prototypes dont la sécurité a été prouvée et qui pourraient servir de première génération de réseaux quantiques métropolitains. «Avec les progrès de la technologie des réseaux de fibres domestiques, il ne faudra pas longtemps avant que la plupart des habitations soient directement connectées à un réseau de fibre optique», explique le Pr Razavi. «Afin d’en tirer parti, nos chercheurs ont démontré la distribution de clés quantiques sur une puce et à des distances sans précédent.» L’un des objectifs ultimes des communications quantiques est de permettre à deux utilisateurs du réseau, quelle que soit la distance qui les sépare, d’échanger des clés secrètes. Étant donné que cet objectif sera initialement atteint par l’intermédiaire d’un réseau de nœuds de confiance, le projet QCALL s’est également concentré sur le développement de réseaux quantiques à longue distance par le biais de liaisons par satellite et de systèmes de répéteurs quantiques. Un troisième axe de recherche a été consacré à la mise au point de nouvelles primitives de cryptographie et des services nécessaires pour permettre une exploitation à grande échelle des communications quantiques. En s’appuyant sur les développements existants dans ce domaine, les chercheurs du projet QCALL ont conçu de nouveaux protocoles et les dispositifs de soutien indispensables à leur mise en œuvre.

La prochaine génération de chercheurs de l’UE

Selon le Pr Razavi, la clé du succès du projet a été son équipe de jeunes chercheurs ambitieux. «Ces chercheurs ont évolué de manière remarquable au cours du projet», a-t-il précisé. «Ils sont maintenant prêts à prendre la tête de la prochaine génération de recherches dans l’UE, ce sera le véritable héritage du projet QCALL.» Le projet devant s’achever en novembre 2020, les chercheurs sont occupés à finaliser leurs résultats. Toutefois, ce calendrier ayant inévitablement été impacté par la pandémie de COVID-19, l’équipe envisage différentes possibilités pour permettre la poursuite de ses recherches sur les communications quantiques.

Mots‑clés

QCALL, communications quantiques, technologies quantiques, informatique, Innovative Training Networks, réseaux quantiques, fibre optique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application