Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un dispositif portable destiné au bétail réduit les émissions de méthane

ZELP est un dispositif portable destiné au bétail qui réduit la production de méthane de chaque animal tout en tirant parti des mégadonnées afin d’évaluer les émissions au niveau du troupeau, améliorant ainsi la productivité des élevages et le bien-être des animaux.

Alimentation et Ressources naturelles

Le méthane (CH4) expiré par le 1,6 milliard de bovins à l’échelle mondiale est l’un des principaux responsables du réchauffement climatique: une vache produit à elle seule quotidiennement jusqu’à 500 litres de CH4. La méthodologie du potentiel de réchauffement global estime que le méthane représente environ la moitié de toutes les émissions agricoles et près de 10 % des émissions totales de gaz à effet de serre, étant donné que le CH4 atmosphérique piège 85 fois plus de chaleur que le dioxyde de carbone sur une période de 20 ans. Le projet ZELP, soutenu par l’UE, a breveté un dispositif portable destiné au bétail qui vise à réduire les émissions générées par l’élevage. Fixé sur le museau de l’animal, ce dispositif capte le méthane expiré et le transforme en un mélange de dioxyde de carbone et de vapeur d’eau au moyen d’un convertisseur catalytique spécial. Grâce à ses capteurs, il collecte de grandes quantités de données sur le bétail afin d’aider les producteurs à améliorer leur rendement ainsi que la santé des animaux, tout en réduisant les coûts de main-d’œuvre.

Atténuation, collecte de données et bien-être

Le dispositif portable ZELP est bardé de capteurs qui recueillent chaque jour des centaines de milliers de points de données et exploite le Bluetooth à faible consommation d’énergie pour les transférer sans fil à des récepteurs situés à des emplacements stratégiques tout autour de l’exploitation d’élevage pour ensuite les téléverser en temps réel sur le cloud. Une fois analysées par le logiciel exclusif de ZELP pour obtenir des informations sur les indicateurs clés (température, habitudes alimentaires, périodes de repos/d’activité et maladies éventuelles), les données sont mises à la disposition des utilisateurs dans un outil de contrôle. Les mégadonnées rassemblent les données au niveau du troupeau, notamment les émissions de méthane, les informations zoosanitaires et les analyses comparatives. Une fois déployé commercialement, le dispositif déclenchera des alertes en temps réel qui permettront aux éleveurs de venir en aide aux animaux concernés, tout en préservant la santé du troupeau en prévenant la propagation des maladies et en réduisant le recours aux antibiotiques. Afin de tester l’incidence en matière d’atténuation du changement climatique de ZELP, les concentrations de méthane ont été mesurées dans les chambres respiratoires de quatre animaux différents, deux portant le prototype et les deux autres formant un groupe de contrôle. Les tests préliminaires réalisés sur les animaux équipés du dispositif permettent d’obtenir une réduction des émissions de méthane moyenne de 26,5 % et maximale de 32 %. «ZELP est en mesure de rivaliser avec les meilleures solutions du marché, comme l’utilisation d’additifs alimentaires pour réduire le méthane. Notre objectif est de doubler ce potentiel d’atténuation pour le produit final», déclare Francisco Norris, co-fondateur et PDG de ZELP. En plus de réaliser des essais des capteurs et des tests bêta des capacités de collecte de données de ZELP, l’équipe a mené un certain nombre d’essais comportementaux visant à assurer le bien-être des animaux. On a équipé les animaux de faux dispositifs qui reproduisent la forme, la taille et le poids du dispositif portable ZELP et des chercheurs-vétérinaires indépendants les ont observés pendant 14 jours. L’analyse des mesures des variables clés, dont le rendement, les habitudes de rumination, la ration alimentaire et les périodes de repos/d’activité, réalisées dans le cadre des essais a indiqué que le dispositif ne présentait aucun effet négatif perceptible.

Une incidence environnementale plus prononcée

Les émissions de méthane du bétail sont un plus grand contributeur au réchauffement climatique que l’ensemble du secteur du transport. Parvenir à les réduire constituerait une étape cruciale dans l’atteinte des objectifs en matière de changement climatique fixés par l’accord de Paris de 2015. «Nous avons pour vision de devenir des figures de proue dans la lutte contre les émissions de méthane. D’après nos estimations, ZELP devrait empêcher plus de 108 000 tonnes d’équivalent CO2 d’être rejetées dans l’atmosphère dès la deuxième année après son lancement. Cette réduction devrait s’élever à 2 et 18 millions respectivement dans cinq et 10 ans, précise M. Norris. En 2021, l’équipe va réaliser des essais pilotes à grande échelle d’un dispositif plus petit optimisé pour les exploitations d’élevage et vise un lancement commercial en 2022. Afin de conférer un avantage à son produit sur le marché, l’équipe a également l’intention d’élaborer une certification de réduction des émissions que les éleveurs pourront apposer sur leurs produits.

Mots‑clés

ZELP, méthane, bétail, émissions, dioxyde de carbone, gaz à effet de serre, changement climatique, troupeau, exploitation, ferme, réchauffement climatique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application