Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

TENDANCES SCIENTIFIQUES: Selon une nouvelle étude, le confinement lié à la COVID-19 n’a pas affecté le changement climatique

Même si les émissions de gaz à effet de serre (GES) ont chuté jusqu’à atteindre des niveaux sans précédent, l’effet sur le climat a été insignifiant.

Recherche fondamentale

La pandémie de coronavirus ne sauvera pas la planète de la crise climatique. La COVID-19 offre néanmoins une occasion unique d’envisager des plans de relance verts associés aux plans économiques pour contribuer à inverser la courbe du réchauffement climatique. Une étude publiée dans la revue «Nature Climate Change» a révélé que la chute des émissions de GES ne ralentira pas le changement climatique à moins que l’usage des combustibles fossiles ne soit progressivement abandonné. Les émissions de CO2 ont chuté de 17 % par jour dans le monde au plus fort de la pandémie de COVID-19. En utilisant les données de mobilité mondiale sur les déplacements et les habitudes de travail de Google et d’Apple, les chercheurs ont calculé comment 10 GES et polluants atmosphériques différents ont évolué entre février et juin 2020 dans 123 pays.

La réponse gouvernementale pourrait être décisive

«Même si des changements temporaires peuvent aider, il faut réduire le CO2 de manière permanente pour réellement infléchir le réchauffement climatique», a déclaré l’auteur principal de l’étude, le professeur Piers Forster de l’Université de Leeds au Royaume-Uni à la «BBC». «Le CO2 vit longtemps dans l’atmosphère, il faut donc réduire les émissions jusqu’à zéro pendant longtemps avant de commencer à annuler les effets des décennies d’émissions passées.» La co-auteure Harriet Forster considère ces temps difficiles comme une occasion idéale pour que les décideurs changent de cap: «Notre article montre que l’effet réel du confinement sur le climat est faible. Le fait essentiel à reconnaître, c’est l’immense opportunité que nous avons de stimuler l’économie en investissant dans les industries vertes – cela peut faire une énorme différence pour notre climat futur». Plusieurs mesures doivent être prises maintenant, a déclaré Corinne Le Quéré, co-auteure et professeure à l’Université d’East Anglia au Royaume-Uni. «Dans les villes, il faut soutenir l’usage du vélo (y compris électrique) et la pratique de la marche pour les multiples avantages que cela présente pour le climat, pour réduire la pollution de l’air et pour la santé. Encourager le travail à distance jusqu’à ce que les mesures de distanciation physique soient levées libère la pression sur les transports publics qui peuvent ainsi continuer à être utilisés. Les voitures devront le plus vite possible être toutes électriques.» Elle poursuit: «La relance économique post-Covid pourrait grandement aider à soutenir ce changement dans l’industrie de la construction automobile vers la production exclusive de voitures électriques».

Qu’est-ce que la température a à voir avec cela?

Selon l’étude, les températures mondiales ne seront que de 0,01 °C inférieures aux prévisions d’ici 2030, même si les mesures de confinement se poursuivent à l’échelle mondiale jusqu’à la fin de 2021. Cependant, une relance verte solide pourrait empêcher la Terre de dépasser les 1,5 °C de réchauffement d’ici 2050. L’article explique: «L’effet direct de la riposte à la pandémie sera négligeable. En revanche, avec une reprise économique orientée vers une relance verte et une réduction des investissements dans les combustibles fossiles, il est possible d’éviter un réchauffement futur de 0,3 °C d’ici 2050». «Si nous voulons atteindre l’objectif de 1,5 °C, c’est maintenant ou jamais», a déclaré le professeur Forster au journal «The Guardian». «C’est une occasion unique de changer réellement la direction de la société. Nous n’avons pas besoin de revenir en arrière, les crises sont aussi des moments pour changer.» Le professeur Forster est optimiste. «Les catastrophes sont historiquement des moments de grands changements», a-t-il ajouté dans le même article de la BBC. «Pour une fois, les voix des gouvernements, de l’industrie et du public s’accordent toutes pour dire que les emplois et les investissements verts sont le meilleur moyen pour mieux reconstruire. Il suffit de le faire.»

Mots‑clés

COVID-19, coronavirus, pandémie, confinement, émissions de GES, CO2, climat