Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Conseils et avertissements pour l’élaboration de politiques axées sur les données

Les administrations publiques et le secteur privé ne jouent pas à armes égales quand il s’agit d’adopter de nouvelles technologies. Le projet Big Policy Canvas a identifié des pistes possibles pour rééquilibrer les chances.

Économie numérique
Société

Cela fait longtemps que la lenteur de l’évolution des cadres juridiques et une certaine inertie retardent la mise en place d’approches innovantes dans les processus administratifs. Dans un tel contexte, avoir recours aux mégadonnées pourrait être facilement perçu comme un défi insurmontable. Que faut-il donc faire pour aller de l’avant? Le projet Big Policy Canvas (Big Policy Canvas – Needs, Trends and ICT Tools for Advanced Data-Driven Public Sector, soit en français: besoins, tendances et outils TIC pour un secteur public avancé axé sur les données) pourrait détenir les clés permettant de prendre des décisions s’appuyant sur des données pour surmonter les défis sociétaux. Pendant deux ans, le projet s’est efforcé de fournir au secteur public toutes les informations dont il aurait besoin pour se convertir en une structure d’élaboration de politiques efficace, efficiente, précise, cohérente et fondée sur des données probantes. «En tant qu’action de coordination et de soutien, nous avons mis en avant les différentes orientations à suivre en matière de recherche et d’innovation», déclare Ricard Munné, coordinateur de Big Policy Canvas et chef de projet chez Atos Research and Innovation.

Guider les recherches et les prises de décision futures

Pendant deux ans, le projet a développé un ensemble d’outils à cet effet. Le premier est le «Needs and trends assessment framework» (cadre d’évaluation des besoins et des tendances). Il est compilé à partir de recherches documentaires, d’entretiens avec des experts et d’une analyse quantitative des bases de données scientifiques en ligne et de Twitter. Ce cadre offre une méthodologie permettant de cartographier les besoins des administrations publiques et les tendances susceptibles d’influencer le processus d’élaboration de leurs politiques dans les domaines d’application concernés (agriculture, urbanisme, santé, etc.). Il évalue également ces besoins et tendances en fonction de leur aspect critique et de leur intensité. En se basant sur ce cadre, les administrations publiques peuvent donner la priorité aux domaines d’application présentant le plus d’intérêt, d’importance, d’urgence et de potentiel. Le deuxième outil est la «Knowledge Base» (base de connaissances): un référentiel en ligne compilant toutes les connaissances produites par Big Policy Canvas. Le contenu est structuré autour des besoins, des tendances et des atouts, avec des liens croisés entre les éléments qui s’influencent mutuellement ou qui sont interconnectés. Supposons par exemple qu’une administration soit confrontée à la nécessité de protéger l’environnement. En utilisant la base de connaissances, elle pourra télécharger des données ouvertes précieuses, obtenir des recommandations et découvrir les outils à utiliser (incitation, internet des objets, réseaux sociaux, etc.). Les deux autres outils sont la «Roadmap for Future Research Directions in Data-Driven Policy Making» (feuille de route pour les futures orientations de recherche en matière d’élaboration de politiques fondées sur les données) et les «Research Directions and Recommendations» (orientations et recommandations en matière de recherche). Alors que le premier outil dresse une liste des orientations mises en évidence par l’équipe du projet en ce qui concerne la recherche et l’innovation, le second vise à accélérer l’adoption de la feuille de route. «Nos efforts ont abouti à l’identification de six “ensembles de défis”», explique Ricard Munné. «Il s’agit des suivants: la confidentialité, la transparence et la confiance; la création d’un cadre de gouvernance publique pour les structures axées sur les données; l’acquisition, le nettoyage et la représentativité des données; le stockage, le regroupement et l’intégration des données; la modélisation et l’analyse avec les mégadonnées; et la visualisation des données. Nous les avons accompagnés d’un ensemble d’orientations de recherche et de recommandations destinées à l’ensemble des parties prenantes.» Le projet est désormais terminé, mais Ricard Munné est convaincu que la feuille de route ainsi que les orientations et recommandations de recherche continueront à faciliter l’adoption de politiques fondées sur les données au cours des prochaines années. La Big Data Value Association a l’intention d’intégrer les principaux résultats de Big Policy Canvas dans son Roadmap White Paper (le livre blanc de sa la feuille de route), tandis que le projet Horizon 2020 intitulé Co-VAL entretiendra et renforcera la communauté créée. Plusieurs autres projets tels que Big Data Stack et PolicyCLOUD se servent également des résultats et des apports de Big Policy Canvas pour développer leurs solutions. «Nous sommes résolus à ce que notre communauté continue à se développer», conclut Ricard Munné.

Mots‑clés

Big Policy Canvas, administration publique, mégadonnées, base de connaissances

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application