Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

La recherche met en lumière ce qui détermine nos décisions en matière d’énergie

Qu’est-ce qui motive nos choix énergétiques? Qu’est-ce qui motive les individus, les organisations et les pays à adopter des comportements énergétiques plus durables? Ce projet financé par l’UE a adopté une approche ascendante pour modifier les comportements énergétiques, en donnant aux consommateurs et aux citoyens les moyens de faire des choix énergétiques plus libres et mieux informés.

Changement climatique et Environnement
Société
Énergie

La Commission européenne a lancé en février 2015 une nouvelle stratégie pour une union énergétique résiliente avec une politique à caractère prospectif en matière de changement climatique. Cette stratégie a été conçue autour des citoyens, qui s’approprient la transition énergétique et bénéficient des nouvelles technologies pour réduire leurs factures et participer activement au marché. L’autonomisation et la participation des citoyens-consommateurs et des communautés sont essentielles pour exploiter pleinement le potentiel de la stratégie de transition vers une énergie verte. «Faire participer les consommateurs est essentiel pour façonner l’avenir énergétique de l’Europe. Les comportements en matière de production et de consommation d’énergie sont fortement influencés par les choix individuels et collectifs passés, présents et futurs», remarque Stefano Proietti, coordinateur du projet ENABLE.EU. L’initiative a réuni des chercheurs de 11 pays européens en vue d’identifier ce qui motive les choix énergétiques dans la vie quotidienne. Elle a permis de mieux comprendre les principaux goulets d’étranglement qui découragent les transitions énergétiques ainsi que les facteurs qui incitent les gens à changer.

Résultats clés du projet

Les partenaires du projet ont mené des enquêtes auprès des ménages, des essais contrôlés aléatoires, des entretiens, des exercices de prospection participative et des modélisations économétriques afin de mieux comprendre les facteurs qui motivent les décisions en matière d’énergie. Les résultats ont révélé que les choix sont principalement liés à des aspects économiques, démographiques, culturels et de gouvernance. Au niveau de la gouvernance, le projet a présenté des exemples de défis rencontrés dans 9 pays européens. Plus de la moitié des participants à un sondage ont convenu que le manque de mise en œuvre de politiques adéquates au niveau national ou régional est l’un des trois principaux obstacles à la gouvernance des transitions énergétiques en Europe. Viennent ensuite les questions financières, l’insuffisance des incitations à changer de comportement et la fréquence des politiques «par à-coups». Le projet a également étudié la manière dont les sociétés réagissent aux politiques de transition énergétique. «Les résultats ont montré qu’une augmentation de 10 % du prix de l’énergie réduit les émissions de CO2 de 8 %, avec un effet plus important pour les grandes sociétés. Cela réduit également l’emploi de 3 % dans les grandes sociétés, mais n’a aucun effet sur l’emploi dans les petites et moyennes entreprises», explique Stefano Proietti. En matière de mobilité, les résultats ont révélé que les modes de transport ont tendance à varier en fonction du type de voyage plutôt qu’entre les différents pays. En particulier, les gens semblent moins utiliser les transports publics pour des activités liées aux achats et impliquant des enfants. En ce qui concerne le covoiturage, le nombre de personnes utilisant ce type de transport est limité, étant donné que le service est disponible presque exclusivement dans les moyennes et grandes agglomérations. En outre, les infrastructures de covoiturage ne suscitent qu’un faible niveau de satisfaction. Une expérience menée en Serbie a révélé que l’énergie trop bon marché peut limiter la volonté d’économiser l’énergie, tandis qu’une autre expérience menée en Allemagne a montré que des compteurs d’énergie intelligents avec facturation instantanée sont capables d’induire des comportements d’économie d’énergie. «Étant donné qu’un ménage dispose en moyenne de 20 minutes par jour à consacrer à tous ses contrats, l’information doit être claire et engageante», fait remarquer Stefano Proietti. En fin de compte, les recherches ont révélé que les caractéristiques du logement ont un impact plus important sur les coûts de chauffage que le niveau de revenu, les habitudes quotidiennes ou les valeurs des consommateurs. L’efficacité énergétique des logements anciens peut être améliorée au moyen d’une isolation efficace, mais des améliorations plus importantes sont réalisables par le biais de rénovations de grande envergure. ENABLE.EU a permis de mieux comprendre les facteurs sous-jacents qui déterminent les choix des consommateurs et les solutions et outils efficaces qui augmentent leur participation au système énergétique. En comprenant ce qui motive leurs choix énergétiques, les décideurs politiques sont en mesure de prendre des décisions ciblées et d’encourager les consommateurs à faire des choix plus durables.

Mots‑clés

ENABLE.EU, énergie, transition énergétique, choix énergétiques, gouvernance, comportement énergétique, ménage, mobilité, chauffage

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application