Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Des éoliennes innovantes qui résistent aux très mauvaises conditions météorologiques

Les conditions météorologiques extrêmes observées dans des régions comme les pays nordiques sont susceptibles d’entraîner la défaillance des systèmes d’éoliennes traditionnels. C’est pourquoi il importe de disposer d’une technologie éolienne différente capable de fonctionner dans toutes les conditions avec un minimum de maintenance.

Changement climatique et Environnement
Technologies industrielles

Dans des conditions météorologiques défavorables, telles que des vents forts et instables, les grandes éoliennes conventionnelles risques de tourner de manière incontrôlée, avec de possibles dommages catastrophiques dès leur première année de fonctionnement. C’est pourquoi l’industrie exige des turbines plus petites, plus robustes et plus durables, adaptées à des conditions de vents puissants et à des altitudes élevées, avec un minimum de maintenance. Des régions comme les pays nordiques ont besoin d’une technologie éolienne qui fonctionne dans une plage de -10 °C à -30 °C et dans des situations très diverses, allant d’un ouragan à une nuit d’hiver calme et glaciale.

Alimenter les lieux inhospitaliers par mauvais temps

Le projet Njord, financé par l’UE, a conçu des systèmes d’énergie éolienne à petite échelle pour les systèmes de télécommunications et de surveillance dans les pays nordiques et pour les secteurs résidentiels des zones où les heures d’ensoleillement sont limitées. Il s’agit d’une solution à zéro émission capable de résister à des conditions météorologiques extrêmes pendant de longues périodes. Ce système «install-and-forget» (installez puis oubliez) peut fonctionner avec peu ou pas de maintenance pendant 25 ans, selon le lieu. Plus précisément, cette innovation est à même de résister aux conditions climatiques difficiles de la région arctique qui entoure les pays nordiques. L’équipe de Njord a développé deux lignes de produits éoliens. La première est spécialement conçue pour produire l’énergie nécessaire aux tours de télécommunications et de surveillance dans des conditions difficiles. La seconde est pensée pour s’adapter à la plupart des applications résidentielles et capable de fournir de l’électricité ou du chauffage à des maisons, des chalets, voire des exploitations agricoles. Les deux turbines peuvent être installées dans des environnements difficiles n’importe où, et là où d’autres solutions ne sont pas en mesure de résister du fait de vents violents ou d’heures d’ensoleillement limitées. Elles produisent de l’électricité à des vitesses de vent très faibles et peuvent continuer de tourner avec grâce et sans bruit 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, même en cas de vents violents. «L’objectif principal était d’améliorer les éoliennes en termes de durabilité, de durée de vie, d’efficacité et de coût», a commenté Saethor Asgeirsson, coordinateur du projet. «Le plus important était l’augmentation de l’efficacité.»

Des solutions technologiques éoliennes à petite échelle et évolutives

Les utilisateurs des deux types de turbines peuvent installer une solution visuellement attrayante, respectueuse des oiseaux, sûre et durable. Les propriétaires de systèmes de surveillance et de télécommunication dans l’Arctique ont accès à des options renouvelables et à zéro émission pour alimenter des systèmes sur lesquels ils peuvent compter et en lesquels ils peuvent avoir confiance pendant des décennies et avec un minimum de maintenance. Et les propriétaires d’applications résidentielles hors réseau ou en réseau fonctionnant dans des conditions difficiles disposent de plus de possibilités en termes de durabilité et d’indépendance énergétique, sans avoir à prendre le risque de subir des pannes répétées. Le consortium est parvenu à plus que doubler l’efficacité des turbines, multipliant par deux la production d’énergie avec une taille identique. Grâce à la fabrication en série et à l’optimisation des composants, il est également parvenu à diviser par deux le coût, tout en maintenant la durabilité. La phase finale des essais est en cours. La mise sur le marché des deux turbines est prévue pour le premier semestre 2021. «En concevant la turbine à partir de zéro tout en tenant compte de l’esthétique, Njord a suscité un grand intérêt de la part du public et de l’industrie», conclut Saethor Asgeirsson. «Il est clair que l’approche consistant à combiner fonctionnalité et design a porté ses fruits, et en ayant éliminé la “laideur” de l’énergie éolienne, le nombre de clients potentiels a augmenté de manière significative.»

Mots‑clés

Njord, vent, turbine, météo, éolienne, puissance, nordique, énergie éolienne, Arctique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application