Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Comment mieux comprendre et améliorer le comportement des leaders

Un leadership efficace et éthique devient encore plus pertinent lors d’une pandémie mondiale, au cours de laquelle vie humaine et désastre économique semblent être directement mis en balance. Pour trouver des solutions, il faut impliquer les leaders à tous les niveaux de la société.

Société

Un leadership efficace, éthique et orienté vers les valeurs est fondamental pour la réussite de la société dans une multitude de contextes, que ce soit dans le monde de l’entreprise, le milieu militaire ou la politique. Un leadership habile peut réduire les conflits, unir les suiveurs et permettre aux sociétés et aux organisations de prospérer. Les formes négatives de leadership peuvent avoir des conséquences dévastatrices. Le projet LEADERPROFILE, financé par l’UE, a donné une vue d’ensemble complète du statu quo actuel de la recherche sur les formes négatives de leadership, leurs antécédents et leurs conséquences. Mené avec le soutien du programme Actions Marie Skłodowska-Curie, le projet a fait un premier pas vers l’étude expérimentale du leadership en laboratoire, qui, à long terme, fournira des éléments de preuve cruciaux pour travailler sur des interventions efficaces et durables qui aideront les leaders dans leur travail quotidien.

Examen du comportement de leadership en laboratoire

«Aujourd’hui plus que jamais, nous devons promouvoir les sociétés inclusives, innovantes et réfléchies. Cependant, nos sociétés ne peuvent au mieux qu’être aussi réfléchies que leurs leaders», commente Franziska Emmerling, directrice du Neurophysiological Leadership Lab à l’Université technique de Munich et coordinatrice de LEADERPROFILE. Claudia Peus, professeure de recherche et de gestion scientifique dans la même université et chargée de la supervision du projet LEADERPROFILE, ajoute: «Les leaders européens sont soumis à une pression considérable, compte tenu des changements rapides induits par la mondialisation, la migration, la crise économique et la numérisation.» Dans ce contexte, les leaders ont besoin d’être soutenus afin de pouvoir développer de solides compétences d’auto-réflexion. Pour être efficace et durable, tout effort visant à soutenir les dirigeants doit s’appuyer sur des preuves scientifiques solides. Franziska Emmerling suggère que les futures recherches sur le leadership «doivent mettre en œuvre une approche multi-méthodologique allant au-delà des études basées sur des questionnaires et inclure des études expérimentales en laboratoire.» L’objectif principal de LEADERPROFILE a donc été de développer des dispositifs expérimentaux permettant d’étudier le leadership. Le leadership n’est pas seulement basé sur les actions d’un leader mais émerge (comme efficace ou inefficace) de la perception et des réactions des suiveurs vis-à-vis de ces actions. LEADERPROFILE a étudié comment se forme la perception d’un leader et comment les différents comportements de leadership affectent cette perception. Pour ce faire, il a suivi une approche expérimentale et s’est intéressé aux réponses cognitives et psychophysiologiques des suiveurs. Une série d’études a identifié la cognition implicite et explicite comme des facteurs significatifs affectant les perceptions des suiveurs par rapport à l’efficacité du leader.

Nouvelles technologies pour la recherche sur le leadership

Afin d’élargir l’approche classique de la recherche expérimentale, l’équipe a intégré de nouvelles technologies, à savoir la robotique sociale, dans ses études de laboratoire sur le leadership. «Les récentes avancées technologiques ont amené les chercheurs à s’intéresser à la robotique sociale. Leurs capacités et fonctions sociales croissantes ont créé un potentiel amplifié d’utilisation dans des domaines très complexes», souligne Franziska Emmerling. Comme les recherches montrent que les humains peuvent faire confiance aux robots et coopérer avec eux, LEADERPROFILE a étudié la façon dont les suiveurs perçoivent et réagissent face à des robots leaders présentant différents styles de leadership. Un leadership destructeur a des effets directs, globaux et durables sur la réussite de la société et – plus important encore en période de pandémie mondiale – sur la vie humaine. «Nous devons soutenir nos leaders en les inscrivant à notre agenda scientifique et en développant des modèles fondés sur des données probantes sur la manière de diriger de manière optimale en temps de crise et au-delà, des modèles qui doivent tenir compte de l’auto-réflexion et d’une éthique solide», conclut Franziska Emmerling.

Mots‑clés

LEADERPROFILE, leadership, leaders, suiveurs, numérisation, robotique sociale, robots leaders

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application