Skip to main content

Article Category

Magazine Research*eu

Article available in the folowing languages:

De Socrate à la science moderne: Nouvelles perspectives de la philosophie européenne

Il est probable que la plupart des personnes traversent leur vie quotidienne sans vraiment considérer la valeur de la philosophie ou la manière dont elle exerce une influence sur le fonctionnement de la société. Pour ceux d’entre nous qui ont découvert les grands penseurs de la philosophie occidentale, à partir de Socrate, notre expérience se limite généralement à l’école et à l’université. Nous commençons ensuite notre carrière professionnelle et ne nous impliquons plus jamais activement dans les idées ou les œuvres de ces penseurs.

«La réponse à l’ultime question de la vie, de l’univers et de tout est 42» – Le Guide du routard galactique

Mais alors, pourquoi enseigne-t-on la philosophie? La philosophie est le fondement de la pensée critique, une compétence absolument essentielle dans de nombreuses professions qui constituent aujourd’hui «l’économie de la connaissance». En effet, si notre société postmoderne et postindustrielle est très différente des civilisations antiques qui ont été bercées par Platon et Aristote, la nature fondamentale de la philosophie et sa valeur pour nous, les humains, sont les mêmes aujourd’hui qu’autrefois. La philosophie est essentiellement la façon dont l’homme pose les «grandes» questions sur sa vie et son existence et s’efforce d’y répondre. Qu’est-ce que la justice? Qu’est-ce que le droit? Qu’est-ce que le bonheur? Qu’est-ce qu’une vie de qualité? Quelle est la société idéale? Que sommes-nous en fait? Toutes ces questions sont tout aussi pertinentes aujourd’hui qu’elles l’étaient dans l’Antiquité. Nous pourrions objecter que ces questions sont inutiles dans la mesure où nous ne parviendrons jamais à une réponse concluante, contrairement aux scientifiques qui émettent une hypothèse raisonnée, réalisent une expérience et parviennent à une conclusion. Mais ce n’est pas l’objet de la philosophie. La science est effectivement extrêmement importante (elle constitue bien entendu l’épine dorsale de ce magazine) et nous nous en remettons largement à la science et à la méthode scientifique pour comprendre notre monde et faire progresser nos capacités technologiques. Face aux énormes défis à venir pour l’ensemble de l’humanité, tels que la lutte contre le changement climatique, la science est sans conteste vitale pour notre survie en tant qu’espèce. Mais cela n’enlève rien à ce que la philosophie a encore à nous apporter. La philosophie contribue à faire évoluer notre morale, nos valeurs et nous aide à concevoir que privilégier le bonheur humain plutôt que la misère humaine n’est pas seulement dans notre intérêt matériel, mais est en fait fondamentalement juste. En bref, la science ne détient pas toutes les réponses — elle peut nous aider à comprendre le fonctionnement de l’univers, mais elle ne peut pas nous indiquer de manière définitive la place que nous occupons dans l’univers ou ce que signifie mener une vie «enrichissante». Cela relève du domaine de la philosophie. La «philosophie» elle-même est une discipline aux multiples facettes, qui couvre tout, de la philosophie politique à la métaphysique, en passant par la logique et les mathématiques, la philosophie du langage et la linguistique, sans oublier la philosophie des sciences. Fondamentalement, la philosophie est la discipline d’absolument tout: elle imprègne et marque de son empreinte toutes les autres disciplines universitaires. Quelle que soit votre profession et le lieu où vous vivez, vous êtes quotidiennement confronté à des idées philosophiques, le plus souvent sans vous en rendre compte. La philosophie est le moteur de notre humanité. Dans le cadre d’Horizon 2020, les grands consortiums multinationaux comprenant plusieurs grandes organisations constituent la structure la plus courante d’un projet financé par l’UE. Ce n’est naturellement pas le cas des initiatives financées par l’UE qui se consacrent à la philosophie. Toutefois, Horizon 2020 finance des chercheurs individuels talentueux et passionnés dans le domaine de la philosophie, le plus souvent par le biais de subventions du Conseil européen de la recherche (CER) et de bourses individuelles du programme Actions Marie Skłodowska-Curie. Si nous ne pouvons pas vous donner la réponse à la question ultime de la vie, de l’univers et du reste, nous pouvons néanmoins vous faire découvrir sept de ces talentueux chercheurs et leurs travaux, par le biais de ce numéro spécial de Research*eu. Nous nous réjouissons de recevoir vos commentaires. Vous pouvez envoyer vos questions ou suggestions à l’adresse suivante: editorial@cordis.europa.eu.

Visualiser le numéro spécial

Également dans ce numéro