Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

TENDANCES SCIENTIFIQUES: des mouches domestiques et des vers au menu? Oui, si vous voulez lutter contre la faim dans le monde

Des scientifiques pensent que des algues et des insectes développés en laboratoire peuvent sauver la planète de la famine.

Recherche fondamentale

Un rapport des Nations unies estime que près de 690 millions de personnes ont souffert de la faim en 2019. 130 millions de personnes supplémentaires pourraient s’ajouter à ce bilan à cause de la COVID-19. Le coronavirus, ainsi que le changement climatique et les catastrophes environnementales, menacent les chaînes d’approvisionnement alimentaire comme jamais auparavant. L’heure de l’élevage d’insectes et d’algues à grande échelle a-t-elle sonné?

Manger des aliments exotiques pour lutter contre la faim dans le monde

Selon une étude publiée dans la revue «Nature Food», une solution consisterait à cultiver des aliments tels que des algues (par exemple, le varech), des larves d’insectes (par exemple, la mouche domestique) et des mycoprotéines (protéines dérivées de champignons). Pour lutter contre la malnutrition, des chercheurs de l’université de Cambridge affirment que ces «aliments du futur» pourraient servir d’alternatives durables aux aliments traditionnels à base de plantes et d’animaux. Ils doivent être produits et consommés à grande échelle. Malgré la valeur nutritionnelle de ces aliments, surmonter les réticences des gens et susciter l’adhésion des consommateurs constitue un obstacle de taille. «Il est vrai qu’il s’agit de produits non conventionnels», a déclaré le premier auteur de l’étude, le Dr Asaf Tzachor, chercheur au Centre pour l’étude des risques existentiels (CSER pour Centre for the Study of Existential Risk) de l’université de Cambridge, à l’Agence France-Presse, comme le rapporte News18. «Vous pouvez les incorporer dans vos pâtes, vos hamburgers ou vos barres énergétiques, par exemple. Et ces produits peuvent contenir des larves d’insectes broyées, ou des microalgues ou macroalgues transformées.»

Repenser les systèmes alimentaires

L’équipe de recherche a examiné près de 500 articles scientifiques publiés sur différents types de systèmes de production alimentaire de demain. Les plus prometteurs sont les photobioréacteurs de microalgues et les serres d’élevage d’insectes. Un photobioréacteur procure un environnement contrôlé pour permettre la croissance et la culture des microalgues. La production de ces aliments du futur pourrait transformer le mode de fonctionnement des systèmes alimentaires. Ils peuvent en effet être cultivés à grande échelle dans des systèmes compacts adaptés aussi bien aux zones urbaines qu’aux communautés isolées des régions éloignées. «Des aliments tels que le varech, les mouches, le ver de farine et les algues unicellulaires comme la chlorelle, sont susceptibles de constituer des régimes alimentaires sains et résilients aux risques, pour lutter contre la malnutrition dans le monde», a ajouté le Dr Asaf Tzachor dans un communiqué de presse de l’université de Cambridge. L’étude souligne le risque de dépendre des aliments issus de l’agriculture et des systèmes d’approvisionnement traditionnels. Le Dr Tzachor s’explique à ce propos: «Notre système alimentaire actuel est vulnérable. Il est exposé à une litanie de risques – inondations et gelées, aridité et périodes de sécheresse, agents pathogènes et parasites – que des améliorations marginales de la productivité ne changeront pas. Pour assurer l’avenir de notre approvisionnement alimentaire, nous devons intégrer des méthodes agricoles totalement nouvelles à notre système actuel.» Le moment est venu d’intégrer des techniques agricoles de haute technologie dans les systèmes alimentaires à travers le monde. «Les progrès technologiques ouvrent de nombreuses possibilités pour des systèmes d’approvisionnement alimentaire alternatifs, plus résistants aux risques, et capables de fournir de manière efficace une nutrition durable à des milliards de personnes», commente la coautrice Catherine Richards, chercheuse doctorale au CSER. «La pandémie de coronavirus n’est qu’un exemple des menaces croissantes qui pèsent sur notre système alimentaire mondialisé. Diversifier notre alimentation à l’aide de ces aliments du futur constituera un facteur important pour assurer la sécurité alimentaire pour tous.»

Mots‑clés

alimentation, insecte, malnutrition, algues, microalgues, agriculture, faim, mouche domestique, mycoprotéine, ver de terre