Skip to main content
European Commission logo print header

Advanced direct biogas fuel processor for robust and cost-effective decentralised hydrogen production

Article Category

Article available in the following languages:

Utiliser du biogaz renouvelable pour produire de l’hydrogène «vert»

Alors que l’UE envisage une utilisation accrue des énergies renouvelables, l’hydrogène est appelé à jouer un rôle important. Un nouveau procédé s’avère capable de convertir le biogaz en hydrogène. Il ouvre ainsi la voie à une production massive d’hydrogène vert pour un prix abordable.

Énergie icon Énergie

Reposant sur l’élément le plus abondant de notre Univers, la filière énergétique de l’hydrogène est plus propre et plus efficace que les sources d’énergie traditionnelles à base de combustibles fossiles. Elle peut donc permettre de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre. «Une production d’hydrogène basée sur des sources faiblement carbonées pourrait changer la donne en vue d’une décarbonation durable du système énergétique», explique Debora Fino, chercheuse à l’Université polytechnique de Turin. «Le défi consiste toutefois à convertir l’hydrogène en énergie d’une manière efficace, durable et rentable.» Le projet BIOROBURplus, financé par l’UE, entend relever ce défi. S’appuyant sur le succès du projet BIOROBUR, BIOROBURplus a pour ambition de démontrer le potentiel du biogaz et de son utilisation durable en tant que carburant renouvelable destiné à une production décentralisée d’hydrogène vert, également appelé biohydrogène.

Une production décentralisée d’hydrogène

Au cours du projet, les chercheurs ont mis au point un reformeur à vapeur par oxydation directe du biogaz, un procédé qui utilise de la vapeur pour convertir le biogaz en hydrogène. Le biogaz est principalement composé de méthane et de dioxyde de carbone produits, par exemple, à partir de déchets agricoles, municipaux ou alimentaires. En tant que tel, il est considéré comme une source d’énergie renouvelable. «Le projet BIOROBURplus est allé encore plus loin, en proposant un processeur direct de biogaz avancé pour une production décentralisée d’hydrogène robuste et rentable», explique Debora Fino, coordinatrice du projet. Selon Debora Fino, le système BIOROBURplus est la première installation de démonstration permettant une production massive et efficace d’hydrogène vert pour un coût abordable. «Il s’agit d’un processeur de carburant précommercial complet qui génère de l’hydrogène vert, permettant de fabriquer du méthanol. Il est capable de produire de l’ammoniac, et même de l’acier, en utilisant de l’hydrogène renouvelable plutôt que des combustibles fossiles par reformage à la vapeur», ajoute-t-elle. Selon Debora Fino, l’usine a produit de l’hydrogène à partir de gaz de décharge, de digestion anaérobie de déchets organiques et de digestion anaérobie de boues provenant du traitement des eaux usées.

Arrêter de perdre du temps

Le projet BIOROBURplus a démontré qu’il existait déjà une méthode efficace pour stimuler la demande du marché en matière d’hydrogène vert. «Si nous souhaitons vraiment voir l’économie de l’hydrogène décoller, le biogaz doit bénéficier d’un soutien en tant que ressource durable et renouvelable», fait remarquer Debora Fino. «Il nous faut pour cela un soutien d’ordre réglementaire, notamment des subventions équivalentes à celles accordées pour soutenir, par exemple, le marché de l’électrolyse de l’eau.» Debora Fino poursuit en affirmant que le biogaz n’est pas simplement une source d’énergie renouvelable, puisqu’il présente également l’avantage de favoriser le recyclage des déchets agricoles et organiques. Par ailleurs, contrairement aux électrolyseurs et aux batteries, le biogaz ne subit pas de baisse de performance lorsqu’il est réutilisé ou recyclé. «La conversion du biogaz en hydrogène est la voie la plus réaliste vers le développement d’une économie durable de l’hydrogène», conclut Debora Fino. «Le biogaz étant déjà capable de fournir de l’hydrogène vert et bon marché à l’heure actuelle, il semble absurde de perdre du temps à attendre que l’électrolyse devienne plus rentable.»

Mots‑clés

BIOROBURplus, énergie renouvelable, biogaz, hydrogène, hydrogène vert, filière énergétique de l’hydrogène, économie de l’hydrogène, émissions de gaz à effet de serre, carbone, biohydrogène