Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Peut-on mourir d’avoir le cœur brisé?

De la mythologie grecque à Star Wars, avoir le cœur brisé peut parfois s’avérer mortel. Mais existe-t-il des preuves concrètes de ce phénomène? Notre expert Julius Bogomolovas nous donne son avis.

Santé

Nous parlons de la tragédie romantique par excellence – mais peut-on vraiment mourir d’un chagrin d’amour? «Provisoirement, oui», répond Julius Bogomolovas, un biologiste à l’UC San Diego Health aux États-Unis. «Le syndrome de Takotsubo est une cardiomyopathie d’apparition soudaine due à un stress émotionnel. C’est assez grave, mais le mécanisme est inconnu.» Également connu sous le nom de «syndrome du cœur brisé», cette affliction entraîne un affaiblissement soudain du muscle cardiaque, qui l’empêche de pomper efficacement le sang. Il peut être provoqué par plus qu’un chagrin: en 2019, des médecins du Centre médical universitaire Soroka en Israël ont rapporté le cas d’une femme de 60 ans qui a eu une crise cardiaque lors d’un mariage après avoir ingéré une grande quantité de pâte de wasabi qu’elle avait confondue avec du guacamole. En tant que coordinateur du projet Titin Signals, financé par l’UE, Julius Bogomolovas a étudié comment le stress endommage le tissu cardiaque. Son équipe ne s’est pas intéressée au cœur brisé, mais au stress chronique, «un facteur assez important de l’hypertension, cause principale des problèmes cardiaques», ajoute-t-il. Sans surveillance, les dommages liés à l’hypertension peuvent entrainer une insuffisance cardiaque. En tant qu’importante menace à la santé dans le monde, l’insuffisance cardiaque présente des taux de survie bien plus faibles que le cancer. Seule la moitié des personnes diagnostiquées survivent cinq ans de plus. «La médecine aide les personnes à surmonter le plus dur, mais leurs cœurs sont endommagés», explique Julius Bogomolovas. Bien que de nombreux traitements adaptatifs existent pour réduire la pression artérielle et prévenir la formation de caillots, il n’en existe quasiment aucun qui cible directement le muscle cardiaque pour le réparer. En tant que chargé de recherche Marie Skłodowska-Curie, Julius Bogomolovas a étudié le rôle d’une molécule élastique géante connue sous le nom de filament de titine, qui s’accumule dans le tissu cardiaque lors d’un stress mécanique ou toxique. «Nous ne savons pas pourquoi ce phénomène a lieu – si nous le savions, nous pourrions nous en servir pour les thérapies qui ciblent les muscles cardiaques», explique-t-il. Entre-temps, mieux vaut prévenir que guérir quand il s’agit de prendre soin de votre cœur. Des modifications du style de vie comme un régime sain, de l’exercice régulier, et ne pas confondre le wasabi et le guacamole peuvent vous aider à ne pas vous retrouver aux urgences. Entretenir des liens sociaux solides peut également améliorer notre bien-être. Aimez donc beaucoup – même si cela signifie une rupture occasionnelle – vous ferez du bien à votre cœur. Et si le pire arrive, ne désespérez pas. Selon Julius Bogomolovas, contrairement à une crise cardiaque provoquée par un stress chronique et un dommage au tissu cardiaque, les symptômes du syndrome du cœur brisé se dissipent après 24 heures avec une bonne surveillance médicale. Oublier votre ex pourrait toutefois prendre un peu plus de temps. Cliquez ici pour en savoir plus sur les recherches de Julius Bogomolovas: Vision moléculaire de l’insuffisance cardiaque.

Mots‑clés

Cœur, insuffisance, stress, chronique, brisé, Takotsubo, syndrome, wasabi