Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Deux autres chercheurs financés par l’UE récompensés pour leurs réalisations exceptionnelles en astrophysique

Leurs recherches pionnières sur les oscillations dans les étoiles ont valu à Conny Aerts et Jørgen Christensen-Dalsgaard, deux chercheurs soutenus par l’UE, le prix Kavli 2022 en astrophysique, décerné par l’Académie norvégienne des sciences et des lettres.

Espace

Pour ses recherches révolutionnaires en astronomie des rayons X, le scientifique Andrew Fabian, financé par l’UE, a remporté le Prix Kavli 2020 en astrophysique. Deux ans plus tard, le prix d’astrophysique a été attribué au chercheur américain Roger Ulrich et à deux autres scientifiques européens, Conny Aerts et Jørgen Christensen-Dalsgaard. Les trois lauréats du prix d’astrophysique 2022 ont reçu le prix «pour leur travail de pionniers et leur leadership dans le développement des champs de l’héliosismologie et de l’astérosismologie». Lors de la diffusion en direct sur le web de l’annonce du prix Kavli, Lise Øvreås, présidente de l’Académie norvégienne des sciences et des lettres, a félicité les astrophysiciens: «Leurs recherches ont jeté les bases de la théorie de la structure solaire et stellaire et révolutionné notre compréhension de l’intérieur des étoiles.»

Étudier le Soleil et d’autres étoiles de faible masse...

S’appuyant sur les travaux fondamentaux du professeur Roger Ulrich en matière d’héliosismologie, l’étude des oscillations à la surface du Soleil, le professeur Jørgen Christensen-Dalsgaard de l’université d’Aarhus, au Danemark, a poursuivi le développement de ce domaine et a étendu ses recherches à d’autres étoiles froides de faible masse. Comme indiqué dans la diffusion en direct sur le web, le professeur Jørgen Christensen-Dalsgaard a «déterminé le profil de la vitesse du son dans l’ensemble du Soleil, sa carte de rotation bidimensionnelle, sa teneur en hélium et la concentration d’hélium qui se dépose à la base de sa zone de convection». Il a également reconnu le potentiel de l’application de cette science à d’autres étoiles de la Voie lactée, ce qui s’est concrétisé par le lancement de trois missions de recherche de planètes. Le lauréat en astrophysique était le chercheur principal du projet ASTERISK (ASTERoseismic Investigations with SONG and Kepler), financé par l’UE, qui s’est achevé en 2016.

... et des étoiles plus massives

Alors que le professeur Jørgen Christensen-Dalsgaard a joué un rôle majeur dans le développement de la première génération d’astérosismologie, la professeure Conny Aerts de l’université KU Leuven, en Belgique, est considérée comme une figure de proue de la deuxième génération d’astérosismologues. Largement connue pour ses travaux sur les étoiles chaudes massives, elle a mis au point des méthodes ingénieuses pour identifier les modes de pulsation de ces étoiles, ouvrant ainsi la voie à la modélisation de leur intérieur. Les travaux de la professeure Conny Aerts ont conduit aux premières estimations quantitatives du mélange du noyau et de l’enveloppe dans les étoiles massives, faisant ainsi progresser de manière significative la théorie de l’évolution stellaire. Elle a également dirigé les recherches du projet MAMSIE (Mixing and Angular Momentum tranSport of massIvE stars), financé par l’UE, qui s’est déroulé entre 2016 et 2021. «L’héliosismologie et l’astérosismologie nous ont permis d’étudier de manière observationnelle les propriétés du Soleil et d’autres étoiles de manière très détaillée», observe le professeur Jørgen Christensen-Dalsgaard lors de la diffusion en direct sur le web. «Dans le cas du Soleil, ces disciplines ont fourni un point de référence pour les propriétés des étoiles que nous pouvons ensuite utiliser afin de comparer notre compréhension de la formation et de l’évolution des étoiles et de tester les modèles que nous élaborons pour les étoiles. Et avec l’astérosismologie, nous avons été en mesure d’étendre cela à un large éventail de types d’étoiles différents. Les étoiles sont les éléments fondamentaux de l’univers à bien des égards. C’est dans les étoiles que naissent les éléments de base qui composent notre monde. Ainsi, en comprenant les étoiles et leur évolution, nous pouvons commencer à comprendre comment tous les éléments dont nous sommes faits sont créés.» La cérémonie de remise des prix en l’honneur des lauréats aura lieu à Oslo, en Norvège, le 6 septembre 2022. Pour plus d’informations, veuillez consulter: Projet MAMSIE Projet ASTERISK Site web du prix Kavli en astrophysique

Mots‑clés

MAMSIE, ASTERISK, Prix Kavli, étoile, Soleil, astrophysique, astérosismologie, héliosismologie

Articles connexes