Skip to main content

Greenhouse Robotic Worker - The first high-performance robotic system for automated harvesting of vegetables in greenhouses

Article Category

Article available in the folowing languages:

Ce robot intelligent est capable de reconnaître une tomate mûre

Les serristes reçoivent un coup de pouce des robots alimentés par l’IA, ce qui atténue l’effet des pénuries de main-d’œuvre tout en apportant des avantages économiques.

Alimentation et Ressources naturelles

L’agriculture en serre est encore fortement tributaire du travail manuel. Comme l’ont mis en lumière les pénuries consécutives à la pandémie de COVID-19 et au Brexit, les travailleurs agricoles saisonniers ne courent pas les rues. En dépit des avancées majeures dans le domaine des technologies d’agriculture de précision, l’automatisation de la récolte des baies et des légumes, notamment les tomates, reste un défi de taille. Cela pourrait être sur le point de changer. Le projet GRoW, financé par l’UE, a mis au point une plateforme robotique qui pourrait changer la donne pour les serristes. «Notre solution contribuera à pallier la pénurie de main-d’œuvre qui sévit dans la production agricole», explique Adi Nir, PDG de MetoMotion, la société hôte du projet. «GRoW signifie “greenhouse robotic worker” ou “travailleur robotique de serre”. Il s’agit d’un système autonome capable d’exécuter des tâches exigeantes en main-d’œuvre dans les serres.»

Des économies allant jusqu’à 50 %

La plateforme se décline sous la forme d’un véhicule à guidage automatique pourvu de deux bras robotiques, d’un système de vision 3D, d’un système d’emballage et d’un ordinateur embarqué. Le logiciel alimenté par l’IA collecte et utilise les données lui permettant de procéder à la récolte sur la base des critères spécifiques définis par chaque cultivateur. Dans sa version initiale, le robot a été formé à cueillir des tomates en grappe et peut se déplacer dans la serre, détecter et cueillir les fruits mûrs et les placer dans des boîtes, comme le ferait un travailleur humain. «Nous avons démontré que le robot est capable de cueillir des tomates avec une précision de plus de 90 %, ce qui équivaut aux performances d’un cueilleur humain moyen», fait remarquer Adi Nir. D’une manière générale, la solution pourrait générer des économies allant jusqu’à 50 % pour les agriculteurs, en réduisant jusqu’à 80 % le nombre d’heures de travail. Un outil de simulation permet à chaque client potentiel d’évaluer le retour sur investissement à l’aune de sa propre situation. L’une des caractéristiques clés de la plateforme est son intégration à l’environnement de la serre. «La solution répond parfaitement aux besoins de l’infrastructure actuelle des agriculteurs», explique Adi Nir. «Ils n’ont pas besoin de changer quoi que ce soit à leurs modes de culture des tomates ou de gestion de leurs installations.»

Un robot facile à utiliser

Le système, qui a remporté le Robot Challenge organisé dans le cadre de l’événement GreenTech Amsterdam de cette année, devrait être commercialisé d’ici la fin de l’année. Après avoir atteint les jalons clés dans le développement du système lors de la phase précédente du projet GRoW, l’équipe a pu tester et valider le système chez deux grands cultivateurs et une société de semences. Adi Nir et ses collègues envisagent de déployer la plateforme auprès de son premier client commercial dans les mois à venir. Vingt autres utilisateurs potentiels ont déjà manifesté leur intérêt à acquérir le système lorsqu’il aura atteint sa pleine maturité commerciale. Celui-ci a également attiré l’attention de fournisseurs de solutions de distribution et de services en Europe et en Amérique du Nord. «Nous y sommes presque; il nous faut à présent transformer la plateforme d’un produit utilisé par les ingénieurs en un produit utilisé par les cultivateurs. Nous collaborons avec nos clients pour qu’elle soit facile à utiliser et à maintenir», fait remarquer Adi Nir.

Plus de données, plus de compétences robotiques

La cueillette des tomates ne représente probablement que le début. Parallèlement au lancement du robot, l’équipe de GRoW s’attache à créer une plateforme d’analyse des données qui fournira aux cultivateurs de nouvelles connaissances utiles, notamment en matière de prévision de rendement et de gestion des maladies. L’ajout d’une fonctionnalité d’analyse des données dans les mises à jour logicielles rendra possible l’adaptation du robot à d’autres types de cultures, notamment les concombres et les aubergines, ainsi qu’à d’autres tâches exigeantes en main-d’œuvre, comme l’effeuillage.

Mots‑clés

GRoW, agriculture en serre, récolte automatisée, plateforme robotique, pénuries de main-d’œuvre, travailleurs agricoles, véhicule à guidage automatique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application