Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

TENDANCES SCIENTIFIQUES: L’émoticône a officiellement 40 ans

La première émoticône a été publiée sur un forum de discussion en septembre 1982.

Recherche fondamentale

Il y a 40 ans, à 11 h 44 le 19 septembre, Scott Fahlman, professeur d’informatique à l’Université Carnegie Mellon aux États-Unis, a écrit une page de l’histoire de l’Internet en utilisant une simple combinaison de touches. Il était loin de se douter que deux points, un tiret et une parenthèse fermante changeraient notre manière de communiquer.

Le précurseur de l’émoji actuel

Désirant éviter les disputes en ligne, Scott Fahlman a cherché une solution pour faire passer une émotion, en particulier le sarcasme, sur le système de tableau d’affichage électronique à accès fermé de l’université (l’équivalent du forum Internet actuel). Sa publication disait: «Je propose que la séquence de caractères suivante serve à identifier les plaisanteries: :-) Penchez la tête sur le côté pour la lire. Toutefois, compte tenu de la tendance actuelle, il est probablement plus efficace de signaler les interventions qui ne sont PAS des plaisanteries. Pour cela, utilisez :-(» «Quand quelqu’un souhaite écrire quelque chose sur un ton qui se veut sarcastique, parmi les nombreux lecteurs, une personne peut ne pas comprendre la plaisanterie et répondre avec colère et hostilité, ensuite, très rapidement, le sujet de discussion initial se perd, et tout le monde fini par se disputer avec tout le monde», explique-t-il à «CNN Business». «Lorsque vous vous trouvez dans un cadre uniquement textuel sur Internet, les gens sont incapables de savoir si vous plaisantez ou non. Il n’y a aucun langage corporel, aucune expression faciale.» Les émoticônes ont ensuite évolué en émojis, notamment avec la police d’écriture Wingdings de Microsoft dans les années 1990. Les premiers émojis ont été créés par l’artiste japonais Shigetaka Kurita et divulgués au Japon en 1999. Le Museum of Modern Art de New York expose les 176 émojis originaux.

Des caractères visuels cocasses qui ont fait leur chemin

Les émojis restent populaires parce que nous aimons les stimuli visuels et qu’ils se substituent remarquablement bien à notre langage corporel. Selon Unicode, la norme d’encodage mondiale, il existe plus de 3 600 émojis utilisés par 92 % de la population en ligne du monde. Celui qui représente un visage qui pleure de joie reste le plus populaire. Saviez-vous que cet émoji emblématique a été désigné comme le mot de l’année par les dictionnaires Oxford en 2015? Pour la toute première fois, le mot de l’année était un pictogramme. «Ils apportent des éléments que les mots ne transmettent pas. Quand vous dites “d’accord”, ils permettent de comprendre de quel type de “d’accord” il s’agit», explique Jennifer Daniel, responsable du sous-comité des émojis pour le Consortium Unicode qui gère les normes relatives à ces derniers. «Les éléments que nous communiquons naturellement en face à face, avec notre langage corporel, notre intonation, le volume de la voix, le contact visuel.» «On constate que les émojis les plus universellement utilisés sont l’amusement, l’humour ou l’affection», ajoute Keith Broni, éditeur en chef d’Emojipedia. Scott Fahlman revient sur sa création et sur la fascination qu’elle suscite encore aujourd’hui. «Je me suis fait à l’idée que, quelles que soient mes réalisations dans le domaine de l’intelligence artificielle, c’est ce qui figurera en première ligne de ma nécrologie. Mais c’est amusant d’être un peu connu pour quelque chose.» Étonnamment, le père des émoticônes a déclaré au «HuffPost» il y a quelques années qu’il n’était pas fan des émojis: «Je les trouve moches, et je pense qu’ils esquivent le défi qui consiste à trouver une manière intelligente d’exprimer ses émotions en utilisant les caractères standard du clavier. Mais peut-être que je pense ça juste parce que j’ai inventé l’autre manière.»

Mots‑clés

émoticône, émoji, Internet, langage corporel, visage, plaisanterie, émotion