Skip to main content
European Commission logo print header

Article Category

Article available in the following languages:

Appel à tous les agriculteurs britanniques intéressés par la culture intercalaire

Des chercheurs soutenus par l’UE étudient les avantages de la culture de légumineuses et de céréales sur une même parcelle de terre. Y a-t-il des agriculteurs intéressés?

Alimentation et Ressources naturelles icon Alimentation et Ressources naturelles

Le projet LEGUMINOSE, financé par l’UE, recherche 20 agriculteurs du Royaume-Uni pour participer à des essais de culture intercalaire de légumineuses et de céréales à la ferme, une technique qui consiste à cultiver simultanément des céréales et des légumineuses dans un champ. À partir d’octobre 2023, les essais porteront sur les avantages de la réduction de l’azote et d’autres avantages liés à la structure du sol, mais aussi sur les organismes nuisibles, les maladies et le rendement. «Le concept [du projet] est que la diversité [des cultures intercalaires] améliorera la santé des plantes, en réduisant le besoin en pesticides par rapport à un système de monoculture», explique le conseiller agricole Jerry Alford de la Soil Association, au Royaume-Uni, dans un article de «Farmers Guardian». «Le résultat de cette amélioration de la santé des plantes sera un meilleur échange de nutriments entre les cultures intercalaires et, par conséquent, nous devrions être en mesure de réduire les apports en engrais et d’avoir un cycle de nutriments beaucoup plus court.»

Les avantages de la culture intercalaire

La culture intercalaire constitue un moyen durable et efficace de produire la nourriture dont nous avons besoin pour alimenter une population mondiale en pleine croissance. Elle peut augmenter la productivité des terres jusqu’à 20 % et améliorer la santé des sols, réduisant ainsi de moitié les besoins en engrais synthétiques. Pourtant, malgré ses avantages, très peu d’agriculteurs européens la pratiquent. En réalité, à peine 2 % des terres arables en Europe sont utilisées pour la culture intercalaire de légumineuses et de céréales. LEGUMINOSE s’efforce de faire de cette pratique peu utilisée une méthode courante. L’université de Reading, au Royaume-Uni, partenaire du projet, a déjà mené des essais afin d’étudier l’impact de la culture intercalaire sur le rendement et la qualité des grains. Pour mesurer les avantages de la culture intercalaire, ils ont utilisé une formule appelée «ratio équivalent terre» (LER pour «land equivalent ratio»). Le LER représente la surface nécessaire en culture unique pour produire le même rendement que la surface en culture intercalaire. Un ratio supérieur à un indique que la culture intercalaire est plus bénéfique. Le professeur John Hammond, de l’université de Reading, explique dans l’article: «Trois exemples montrent des haricots de printemps, des lupins et des pois en culture intercalaire avec du blé de printemps, et le LER pour tous ces produits est supérieur à un, ce qui indique qu’il y a un avantage en termes de rendement à combiner ces cultures.» L’équipe a également analysé la qualité des grains en essayant différents ratios de culture, tels que 25 %, 50 % et 75 % de blé cultivé avec 75 %, 50 % et 25 % de haricots de printemps, respectivement, dans le même champ. Ces analyses ont révélé un avantage surprenant: des ratios plus élevés de légumineuses augmentaient la teneur en protéines de la céréale. «Lorsque nous augmentons la proportion de légumineuses, nous obtenons une hausse de la teneur en protéines des céréales, et ce sont des valeurs pour lesquelles nous n’avons pas ajouté d’engrais azoté», remarque John Hammond. Pour l’instant, le ratio entre les légumineuses et les céréales pour les essais à la ferme qui débuteront en octobre 2023 est de 50:50. Toutefois, si les agriculteurs pensent à un ratio spécifique qu’ils souhaitent étudier, il est possible de négocier. L’objectif des essais du projet LEGUMINOSE (Legume-cereal intercropping for sustainable agriculture across Europe) est d’étudier différentes approches de gestion des sols (par exemple, labour, semis direct et systèmes biologiques) pour voir comment chacune d’entre elles affecte la culture intercalaire. Cette approche et la méthode de culture intercalaire choisie (culture en rangs alternés, culture en rangs multiples ou culture intercalaire mixte) sont laissées à l’appréciation de l’agriculteur et dépendront des techniques d’ensemencement et de récolte de chaque exploitation. Pour plus d’informations, veuillez consulter: site web du projet LEGUMINOSE

Mots‑clés

LEGUMINOSE, culture intercalaire, culture, légumineuse, céréale, rendement, agriculteur

Articles connexes