Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Comment la variété peut être le sel de la vie pour les exploitations agricoles de l’UE

La réussite agricole de l’Europe s’est faite au prix d’une dépendance à l’égard d’un petit nombre de cultures à haut rendement, soutenues par des apports importants d’engrais et de pesticides. En diversifiant les cultures, nous pouvons soutenir les processus écologiques nécessaires à la préservation de la biodiversité et garantir une alimentation plus saine et plus durable.

Alimentation et Ressources naturelles

L’industrialisation de l’agriculture, et la recherche d’une efficacité économique toujours plus grande qui y est associée, a poussé les agriculteurs à se concentrer sur une variété toujours plus réduite de cultures qui reposent sur l’utilisation intensive d’intrants externes. La production agricole est souvent caractérisée par des rotations courtes ou des monocultures, qui sont toujours perçues comme moins coûteuses et plus efficaces que les alternatives plus écologiques. Cependant, celles‑ci entraînent une forte incidence de nuisibles et de maladies, une plus grande pollution et érosion des sols, une perte de fertilité des sols et de biodiversité, ainsi qu’une plus grande vulnérabilité aux événements imprévus liés au climat ou aux marchés. Le projet DiverIMPACTS (Diversification through Rotation, Intercropping, Multiple Cropping, Promoted with Actors and value-Chains towards Sustainability), financé par l’UE, entend réaliser le plein potentiel de la diversification des systèmes de culture. Une application intelligente de la diversification des cultures peut offrir de nombreux avantages, notamment une réduction de l’utilisation des engrais et des pesticides, une plus grande sécurité alimentaire et un approvisionnement fiable en produits agricoles pour l’alimentation animale, l’énergie et les utilisations industrielles, associés à une plus grande fourniture de services écosystémiques et à une efficacité accrue de l’utilisation de l’énergie et des ressources. DiverIMPACTS soutient ces objectifs en évaluant les performances des systèmes de diversification des cultures, tels que la rotation, les cultures intercalaires et les cultures multiples, dans le cadre de dix expériences de terrain organisées en Belgique, en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, en Suède et en Suisse. Le projet, coordonné par l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement en France, fournit également 25 études de cas multi‑acteurs avec des catalyseurs et des innovations clés qui éliminent les obstacles actuels et aident à fournir les avantages de la diversification des cultures au niveau de l’exploitation, de la chaîne de valeur et du territoire. Rassemblant des agriculteurs et des organisations d’agriculteurs, des services de conseil, des coopératives, des prestataires logistiques, des scientifiques, des industriels et des représentants de la société civile dans une approche multi‑acteurs, le projet formule également des recommandations à l’intention des décideurs politiques sur la manière de faciliter la coordination de tous les acteurs concernés au sein de la chaîne de valeur. Il devrait s’achever en mai 2022.

Mots‑clés

DiverIMPACTS, culture, agriculteur, diversification, monoculture, rotation, écosystème