CORDIS - Résultats de la recherche de l’UE
CORDIS

Climate proofing future forest management

Article Category

Article available in the following languages:

Observer les insectes et les tempêtes pour améliorer la gestion des forêts

Un projet financé par l’UE a mis en lumière le rôle de la gestion adaptative des forêts dans l’atténuation du changement climatique tout en maintenant des services écosystémiques basés sur les forêts.

Changement climatique et Environnement icon Changement climatique et Environnement

L’une des modifications les plus radicales de l’environnement forestier due au changement climatique est la pullulation d’insectes forestiers, étant donné que ces populations sont affectées par les changements de température et de conditions environnementales. Le projet CLIMPRO, financé par l’UE, a étudié les effets des invasions d’insectes et des tempêtes sur le cycle du carbone dans les forêts à court et moyen terme, c’est-à-dire entre 10 et 50 ans. Son objectif principal était de contribuer au développement d’ORCHIDEE, le modèle de surface terrestre du modèle de système terrestre de l’Institut Pierre Simon Laplace. Calculant notamment le cycle du carbone, l’un des principaux services écosystémiques forestiers, ce modèle est indissociable de la gestion des forêts. Les recherches ont été entreprises avec le soutien du programme Actions Marie Skłodowska-Curie.

Les insectes, facilitateurs et saboteurs

«L’une des conclusions surprenantes de notre expérience de simulation était que les perturbations, en particulier les pullulations de scolytes, ont eu un effet positif sur la croissance de la forêt sur une plus longue période, de 50 à 100 ans», révèle Guillaume Marie, coordinateur du projet. «Ces données laissent supposer que les scolytes peuvent être considérés comme des “travailleurs forestiers” dans les forêts non gérées, mais que leur impact a des implications économiques négatives pour l’industrie du bois.» Des «bogues» peuvent également être introduits par inadvertance lors du codage, et il peut être long de les trouver et de les résoudre. Malgré ces défis à relever, l’équipe est parvenue à effectuer des simulations préliminaires pour le couvert forestier permanent, qui ont donné des résultats encourageants. Toutefois, de nouveaux problèmes sont apparus concernant l’adaptation du module de recrutement des arbres à une canopée forestière à strates multiples. L’équipe prévoit de surmonter ces obstacles dans le cadre du projet HoliSoils.

Comprendre les mécanismes de la résilience forestière

Au cours du projet CLIMPRO, les chercheurs ont dû faire face à des défis inattendus. Il s’est avéré plus compliqué que prévu d’améliorer la capacité d’ORCHIDEE à simuler les effets de la mortalité brutale des arbres due aux tempêtes et aux organismes nuisibles, ainsi que leurs effets biogéochimiques et biophysiques. Par conséquent, l’équipe a revu sa priorité d’étendre le portefeuille de gestion d’ORCHIDEE pour inclure le couvert forestier permanent et le taillis avec des normes, ce qui a réduit la charge de travail de 50 %. Cette situation s’explique par un retard dans le développement du module sur les scolytes et son évaluation. «En incluant les facteurs insectes et tempêtes, nous avons mieux compris le rôle de la gestion adaptative des forêts dans l’amélioration de la résilience des forêts aux perturbations», explique Guillaume Marie. «Toutefois, il est nécessaire de procéder à des tests supplémentaires qui seront réalisés dans le cadre des futurs projets HoliSoils et INFORMA

Renforcer la résilience des forêts de manière durable

Les résultats de CLIMPRO, qui seront bientôt publiés, peuvent avoir des applications pratiques dans la gestion des forêts et l’élaboration des politiques, notamment dans les efforts visant à améliorer la résilience des forêts face à des perturbations telles que les invasions d’insectes et les tempêtes. Les bénéficiaires du projet sont les gestionnaires forestiers, les décideurs politiques et d’autres parties prenantes impliquées dans la gestion des forêts, ainsi que la société dans son ensemble, qui profite des services écosystémiques fournis par les forêts, comme la séquestration du carbone et les loisirs. Les résultats du projet peuvent également être utiles à l’industrie du bois, car ils permettent de mieux comprendre les implications économiques des différentes stratégies de gestion forestière face aux perturbations. En outre, ils peuvent contribuer à la précision des futurs rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) grâce à l’inclusion d’ORCHIDEE dans l’expérience CMIP7, ce qui peut aider les décideurs.

Mots‑clés

CLIMPRO, gestion des forêts, ORCHIDEE, tempête, invasions d’insectes, perturbations, résilience des forêts, sylviculture, industrie du bois, atténuation du changement climatique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application