CORDIS - Résultats de la recherche de l’UE
CORDIS

Immature mating as a novel tactic of an invasive widow spider

Article Category

Article available in the following languages:

La recherche explore les choix d’accouplement de la veuve noire mâle

Les araignées veuves du genre Latrodectus défient les règles conventionnelles de l’accouplement. Les chercheurs financés par l’UE étudient pourquoi et comment les veuves noires mâles s’accouplent avec des femelles immatures et comment le fait de se sacrifier volontairement lors de la copulation avec des femelles matures détermine leur succès reproductif.

Recherche fondamentale icon Recherche fondamentale

Des études récentes ont révélé que les mâles de certaines araignées veuves noires du genre Latrodectus s’accouplent avec des femelles immatures: ce qui était auparavant considéré comme impossible. Par définition, seuls les adultes étaient considérés comme sexuellement matures, possédant les organes génitaux développés nécessaires à la reproduction. Cependant, dans le cas des espèces L. geometricus et L. hasselti, les organes copulatoires femelles sont développés jusqu’à un certain point et sont fonctionnels avant d’atteindre le stade adulte.

Les mâles peuvent-ils survivre à l’accouplement?

Cette pratique d’accouplement non conventionnelle diffère de l’accouplement normal chez ces deux espèces. Lorsqu’ils s’accouplent avec des femelles adultes, les mâles facilitent activement le cannibalisme des femelles par une posture copulatoire spécifique, mais ils n’adoptent pas ce comportement avec les femelles immatures. Le mâle maintient une position sûre pendant toute la durée de la copulation avec les femelles immatures, loin des crocs de sa partenaire. En revanche, lorsqu’il s’accouple avec des femelles adultes, le mâle se retrouve dans une position vulnérable, susceptible d’être attaquée par la femelle. D’autres études ont montré que le cannibalisme sexuel déclenché par les mâles est avantageux pour les mâles de l’espèce L. hasselti. Bien qu’ils se limitent à un seul accouplement, les mâles en profitent car les femelles deviennent moins réceptives à d’autres accouplements après avoir cannibalisé un mâle pendant la copulation. Par conséquent, «le cannibalisme sexuel chez L. hasselti ne représente pas un cas de conflit sexuel. Il s’agit plutôt d’une stratégie mâle adaptative visant à maximiser le succès reproductif du mâle en investissant tous ses efforts dans l’accouplement avec une seule femelle», note Lenka Sentenska, coordinatrice du projet Widow Spider Mating. L’objectif de ce comportement chez la veuve brune L. geometricus reste inconnu. Financé par le programme Actions Marie Skłodowska-Curie, la chercheuse a examiné l’importance de la posture copulatoire des mâles dans l’accouplement normal et immature. «Nous avons congelé des araignées en train de s’accoupler à l’aide d’azote liquide et les avons scannées à l’aide d’un microtomographe afin de révéler l’interaction entre les organes copulatoires mâles et femelles pendant la copulation», explique Lenka Sentenska. «Malgré le contraste frappant entre les positions d’accouplement, l’accouplement génital reste le même, que le mâle s’accouple avec une femelle adulte ou immature. Nous avons conclu que le saut périlleux effectué par les femelles adultes n’apporte aucun avantage mécanique lors de l’accouplement.»

Privilégier les femelles matures et empêcher les femelles immatures de se reproduire

Lenka Sentenska a étudié une méthode permettant d’assurer la paternité chez les veuves noires, un processus connu sous le nom de «plugging» (fait de boucher), par lequel les mâles cassent les extrémités de leurs organes copulateurs et les laissent dans les canaux copulateurs des femelles, empêchant ainsi tout accouplement ultérieur. «Contrairement à nos attentes, nos résultats ont montré que le succès du «plugging» est plus élevé chez les femelles immatures. Cela indique que les organes génitaux des femelles immatures sont suffisamment développés pour contenir et retenir ces obstructions», remarque Lenka Sentenska. Pour étudier le choix des mâles, les scientifiques ont exposé des araignées mâles à de la soie isolée provenant simultanément de femelles adultes et immatures. Malgré les avantages apparents de l’accouplement avec des femelles immatures (aucun risque de cannibalisme, plus d’insertions et plus de succès de bouchage), les mâles ont toujours montré une préférence pour la soie des femelles adultes. «Des études antérieures chez L. hasselti ont indiqué que le sacrifice du mâle réduit la réceptivité de la femelle aux accouplements futurs. Cela nous a amenés à penser que les femelles immatures de L. geometricus, qui n’ont pas connu le sacrifice du mâle, seraient plus susceptibles de s’accoupler à nouveau que les adultes. Cependant, nos résultats contredisent cette prédiction», déclare Lenka Sentenska. Les femelles qui se sont accouplées pour la première fois alors qu’elles étaient immatures étaient moins susceptibles de s’accoupler à nouveau que celles qui s’étaient accouplées pour la première fois alors qu’elles étaient adultes. «Il est intéressant de noter que le sacrifice des mâles n’affecte pas la probabilité de ré-accouplement des femelles adultes s’étant déjà accouplées. Par conséquent, le rôle du sacrifice chez L. geometricus diffère de celui de son congénère et reste inconnu», conclut Lenka Sentenska.

Mots‑clés

Widow Spider Mating, accouplement, femelles immatures, veuve noire, cannibalisme, plugging, genre Latrodectus

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application