CORDIS - Résultats de la recherche de l’UE
CORDIS

Article Category

Article available in the following languages:

Quelle taille peut atteindre un animal terrestre?

Les dinosaures ont laissé de grandes traces de leur passage: se pourrait-il qu’un jour la Terre tremble sous le poids de créatures encore plus imposantes? Non, à moins que nous ne leur fassions de la place, selon l’experte Alexandra Houssaye.

Santé icon Santé

Pour devenir vraiment grands, les animaux ont besoin de deux choses: de grands espaces et de grandes quantités de nourriture. «Les géants ont besoin de ressources alimentaires importantes, et il semble assez logique qu’au fur et à mesure que la planète a été dominée par l’homme, l’aire de répartition de ces grandes espèces soit devenue de plus en plus limitée», explique Alexandra Houssaye, directrice de recherche au Muséum national d’histoire naturelle de Paris. À la fin, il ne leur restait plus beaucoup de place. Il n’existe donc que très peu d’animaux terrestres géants aujourd’hui. «Lorsque les ressources sont limitées, comme c’est le cas aujourd’hui, la taille des animaux terrestres s’en trouve limitée», ajoute Alexandra Houssaye. «S’il est possible pour un animal d’être grand lorsque les ressources sont abondantes, il se voit rapidement menacé lorsque ces ressources commencent à diminuer.» Au-delà du manque de ressources, Alexandra Houssaye explique que d’autres facteurs pourraient avoir un impact sur la taille d’un animal. Ainsi, il n’est pas toujours facile pour les grands animaux tels que les éléphants, les rhinocéros ou les hippopotames de déplacer un tel poids. «Comme les grands animaux ne peuvent pas se déplacer rapidement ou silencieusement, ils ont tendance à être des herbivores et non des prédateurs», explique-t-elle.

Une question importante

Dans le cadre du projet GRAVIBONE, financé par le Conseil européen de la recherche, Alexandra Houssaye et ses collègues ont recouru à des modèles 3D et à la tomographie pour mieux comprendre comment le squelette des grands animaux s’adapte à leur poids considérable. Ils ont constaté que ces animaux ont évolué afin de réduire les contraintes musculo-squelettiques associées à un poids élevé. Ainsi, nombre d’entre eux ont aujourd’hui des os massifs avec des zones de contact et des attaches musculaires plus développées. Certains animaux présentent également une augmentation marquée de la compacité des os, afin d’accroître la résistance. «Les plus grands géants, y compris les éléphants actuels, ont développé des membres en colonnes, ce qui signifie que leurs membres ne sont pas fléchis comme chez les autres mammifères terrestres», note Alexandra Houssaye. «En réalité, les os de leurs membres sont positionnés verticalement.» Selon Alexandra Houssaye, si cette position permet de réduire le stress sur les os, elle compromet la capacité de mouvement de l’animal et l’empêche de galoper. S’il n’est pas toujours facile pour les grands animaux d’échapper aux prédateurs, ils n’ont que rarement besoin de le faire. «Le plus souvent, leur taille suffit à dissuader un prédateur, à l’exception de l’homme», explique Alexandra Houssaye. Vous trouverez plus d’informations sur les recherches d’Alexandra Houssaye sur l’adaptation des os chez les animaux lourds ici: consultez Mieux comprendre l’adaptation des os chez les animaux lourds.

Mots‑clés

GRAVIBONE, os, éléphants, herbivores, animaux, animal terrestre, rhinocéros, hippopotames, prédateurs, adaptation des os