Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Le commissaire Bangemann plaide en faveur d'un accord sur les principes fondamentaux dans le développement de la société de l'information

Dans un discours prononcé le 14 mai 1996 à la conférence sur la société de l'information et le développement qui s'est tenue en Afrique du Sud, M. Martin Bangemann, commissaire responsable de l'industrie, a plaidé en faveur d'un accord sur les principes fondamentaux de la soci...

Dans un discours prononcé le 14 mai 1996 à la conférence sur la société de l'information et le développement qui s'est tenue en Afrique du Sud, M. Martin Bangemann, commissaire responsable de l'industrie, a plaidé en faveur d'un accord sur les principes fondamentaux de la société de l'information afin que des infrastructures réellement planétaires, interconnectées et interopérables puissent être créées. Le commissaire Bangemann a parlé des possibilités offertes par la conférence sur la société de l'information et le développement, qui réunissait une si grande variété de nations et de cultures. Il a toutefois souligné qu'en raison des différences existant entre les pays, ceux-ci doivent s'employer à réduire l'écart entre les pays avancés et les pays moins avancés et à accroître l'intégration de toutes les nations dans la société de l'information planétaire. Il a précisé que l'absence d'infrastructures est, pour les pays moins avancés, le principal problème entravant l'interconnexion et que les investissements nécessaires reposeront sur des capitaux privés. Afin d'attirer les investissements privés, l'environnement réglementaire devra être transparent et adaptable de manière à favoriser le développement de marchés compétitifs. Le commissaire a fait remarquer que la société de l'information planétaire, de par sa nature, ne peut pas reposer sur un cadre réglementaire à un niveau uniquement national et que des questions telles que la propriété intellectuelle, le respect de la vie privée et la sécurité des données nécessitent une réglementation à un niveau international. S'agissant de l'interopérabilité, des normes internationales doivent être fixées et ce processus devrait faire appel à la participation des pays en développement. M. Bangemann a déclaré qu'à son avis un des plus grands défis dans la mise en oeuvre de la société de l'information était de fournir au citoyen un service universel à des prix abordables, concept vital pour assurer la cohésion sociale entre les nations. L'éducation est un autre domaine considéré par le commissaire comme un élément essentiel de la société de l'information, notamment dans le contexte de l'éducation et de la formation tout au long de la vie et de l'adaptation des compétences professionnelles qui jouent un rôle de plus en plus important dans la vie de main-d'oeuvre dans les pays industrialisés et en développement. Les projets pilotes du G7 dans le domaine de la société de l'information ne constituent qu'un exemple du travail pouvant être accompli pour mettre en oeuvre la société de l'information, a déclaré M. Bangemann. Les organisations internationales, dont les agences de l'ONU et la Banque mondiale, ont d'ores et déjà commencé à travailler sur des projets dans le domaine de la société de l'information. En outre, la coopération régionale pourrait être précieuse. Par exemple, l'UE a entamé des discussions avec l'Europe centrale et orientale sur des questions liées à la société de l'information et tiendra prochainement une conférence sur ce sujet avec les pays méditerranéens.