Skip to main content

Corona irradiation in textile finishing

Article Category

Article available in the folowing languages:

Traitement corona pour matériaux en coton

Le secteur textile et du vêtement est un marché hautement concurrentiel. Pour améliorer les normes, les chercheurs du projet à financement européen CORTEX ont étudié l'application d'un traitement corona en cours de fabrication des matériaux à base de coton.

Technologies industrielles

Les progrès en matière de technologie des polymères ont donné lieu au développement d'une très vaste gamme de textiles. Les propriétés naturelles des fibres végétales à base de cellulose peuvent être imitées par leurs homologues artificielles. Cependant, dans de nombreux cas, il n'existe pas de substituts aux matériaux naturels pour produire les qualités que demande le consommateur. Exemple frappant: le polycoton. En mélangeant les deux types de fibres, les caractéristique du polyester (entretien facile, faible rétrécissement) s'allient au toucher doux naturel du coton. De plus, d'un point de vue économique, le coût d'un tissu mi-synthétique mi-naturel est extrêmement compétitif. L'utilisation et/ou l'inclusion de fibres à base de cellulose peut cependant s'avérer problématique. Elles sont toutes naturellement hostiles à l'eau (hydrophobes) en raison de la grande quantité d'impuretés, qui forme une barrière. Les traitements en cours de fabrication incluent la teinture, l'impression, la décoloration, l'imperméabilisation et la finition, destinée à éliminer les plis. Ces processus nécessitent des matériaux uniformes en termes d'absorption et cela est difficile à obtenir compte tenu des variations d'hydrophobicité. Pour résoudre ce problème, plusieurs agents hydratants peuvent être appliqués. Ces agents augmentent les propriétés de diffusion et de pénétration dans un liquide en réduisant sa tension superficielle. Les problèmes associés aux agents hydratants sont la pollution, une augmentation de coût, la formation de mousse et une diminution de la production. Une autre méthode consisterait à augmenter la température du bain, mais cela peut entraîner la formation d'agrégats en son sein. Les partenaires du projet à financement européen CORTEX ont étudié d'autres méthodes pour résoudre ce problème. Les scientifiques de l'Universidade do Minho au Portugal ont étudié l'utilisation d'une technologie plasma de type corona pour modifier la surface des matériaux. Il a notamment fallu appliquer une décharge électrique entre une électrode et une contre-électrode, utilisée uniquement pour réaliser une connexion avec l'électrolyte. Dans l'intervalle, le tissu se déplace dans le bain d'imprégnation entre les électrodes. L'équipe a aussi étudié les niveaux de température et d'humidité nécessaires pour les différents matériaux afin d'optimiser l'effet de décharge. Parmi les matériaux textiles étudiés figuraient du coton, du lin, du chanvre et des mélanges comportant des fibres synthétiques en présence d'une forte proportion de matériaux cellulose. Un brevet a été accordé à la technologie ainsi mise au point, et à son utilisation avec des matériaux à base de cellulose. En termes généraux, l'application de cette technologie pourrait permettre d'accroître la compétitivité du secteur textile en Europe, en particulier vis-à-vis d'une concurrence mondiale exacerbée.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application