Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

L'interféron-alpha est stimulé pendant la phase aiguë de la peste porcine

Les foyers d'émergence de la peste porcine représentent un coût élevé pour le secteur agricole. Dans le cadre du projet IMPCSF, les partenaires ont étudié le rôle de l'interféron-alpha dans la pathogenèse de la maladie.

Santé

Toute émergence de peste porcine entraîne la mise en place de mesures drastiques de contingentement destinées à contenir la propagation du virus. L'interdiction de circulation des porcins et l'abattage de masse font partie des mesures adoptées dans cette situation. Les conséquences économiques et sociales de ces mesures peuvent être dévastatrices pour la communauté agricole. Dans cette situation, le projet IMPCSF, financé par l'UE, a orienté toutes ses ressources vers le développement de vaccins antiviraux permettant d'offrir une protection précoce et vers la prévention de la transmission horizontale de la maladie. Un aspect de ces recherches concernait l'étude des effets d'une production accrue d'interféron-alpha pendant les phases aigues de l'infection. Cette augmentation d'interféron entraîne une lymphopénie sévère par diminution importante des lymphocytes B et T du système sanguin périphérique. L'ampleur de cette réaction indésirable est directement liée à la virulence de la souche virale. L'équipe de l'Institut de virologie et d'immunoprophylaxie, basée en Suisse, a également étudié la réponse de l'IFN-alpha chez des porcins vaccinés ou immunologiquement naïfs. Aucune augmentation de l'IFN-alpha n'a été détectée après infection par la souche C du virus chez les animaux hautement immunisés. Ce résultat montre que la mesure de la réponse de l'IFN-alpha après exposition secondaire au virus chez les porcins immunisés constitue un bon indicateur d'efficacité du vaccin. D'autres conclusions peuvent être tirées de cette étude, notamment, dans des conditions idéales, la mise en œuvre d'un vaccin efficace capable d'empêcher totalement la réplication virale et donc de prévenir l'augmentation en IFN-alpha. L'autre implication importante de ces découvertes est également pertinente pour d'autres cas de fièvres hémorragiques comme la dengue ou la fièvre de la vallée du Rift. L'importance de la réaction de l'IFN-alpha est en relation directe avec la gravité clinique de la maladie. De plus, on sait, grâce à d'autres études, que les niveaux élevés d'IFN-alpha sont accompagnés de troubles hématologiques. L'interféron-alpha joue cependant un rôle crucial dans la réponse immunitaire innée. Par conséquent, la modulation de la réponse de l'IFN-alpha pourrait avoir un potentiel thérapeutique.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application