Skip to main content

Faba bean breeding for sustainable agriculture

Article Category

Article available in the folowing languages:

Résistance de la fève à l'orobanche chevelue

Des études ont été effectuées afin d'identifier et de caractériser les résistances au parasite de la fève, l'orobanche chevelue (Orobanche crenata).

Santé

En Afrique du Nord, La fève constitue un aspect essentiel de l'économie agricole, non seulement pour l'alimentation humaine mais également pour ces propriétés de plante fourragère. En Europe, elle a permis de pallier un manque chronique de protéines domestiques d'origine végétale pour le secteur européen de l'alimentation animale. Le projet EUFABA a développé des génotypes de fèves résistantes aux maladies, aux parasites, au gel et à la sécheresse et à faible teneur en facteurs antinutritionnels. Le consortium du projet a établi un programme de dépistage en champs permettant d'isoler des variétés de fèves résistantes à l'orobanche chevelue (O. crenata), une plante adventice de la fève. Les chercheurs ont effectué des expérimentations sur le terrain en Espagne et en Égypte afin de compiler les essais EUFABA de germination de l'orobanche. Dans des sols naturellement infestés par les graines d'orobanche chevelue, les scientifiques ont pu analyser sur le terrain 41 événements avec une variété locale. Les essais de germination EUFABA ont également été utilisés en Tunisie sur des sols infestés par la variété O.\;foetida. Le phénomène de résistance à l'orobanche peut survenir à n'importe quelle étape du processus d'infection, par exemple, au moment de la germination du parasite, de sa pénétration dans la plante ou de l'implantation et du développement des tubercules. Les plantes résistantes peuvent empêcher la croissance du parasite au cours de l'une au moins de ces étapes. La principale réponse de résistance observée consistait à stopper la pénétration du parasite dans la plante-hôte et à freiner le développement des tubercules. Des analyses histochimiques ont confirmé que les cellules intrusives parasitaires étaient dans l'incapacité de pénétrer le cylindre central de l'hôte et étaient arrêtées à la fois au niveau du cortex racinaire et de l'épiderme. Le pourcentage de graines germées d'orobanche développant un tubercule était trente fois supérieur pour la variété susceptible Prothabon, en comparaison de la variété résistante Baraca. De plus, le nombre de tubercules implantés était de 127 pour la variété Prothabon alors qu'il n'était que de 3,4 pour la variété Baraca. Les scientifiques ont observé l'accumulation d'une substance de couleur bleue de nature hétérogène autour du site de pénétration. Une coloration au fluorochrome de bleu d'aniline a confirmé que cette substance correspondait à une accumulation de callose, un polysaccharide végétal, sur le site de pénétration du parasite. Il semblerait que cette accumulation de callose soit le mécanisme responsable empêchant la pénétration du parasite dans le cortex racinaire de l'hôte. Quand le parasite n'est pas stoppé au niveau du cortex, une lignification de la paroi des cellules de l'endoderme en contact avec le tissu parasitaire empêche sa pénétration dans le cylindre central.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application