Skip to main content

Role of pancreatic beta-cell regeneration in the pathofisiology and treatment of insulin resistance and type 2 diabetes

Article Category

Article available in the folowing languages:

Régénérer les cellules bêta pour empêcher le diabète

Le diabète constitue un problème de santé mondial qui a atteint des proportions épidémiques ces dernières années. Comprendre le développement de la maladie permettra d'identifier les cibles thérapeutiques potentielles.

Santé

Le diabète de type 2 (DT2) est une maladie auto-immune qui se développe après la destruction des cellules bêta du pancréas, productrices de l'insuline. La maladie se déclare par une résistance à l'insuline (ou insulinorésistance), une étape où l'organisme tente de compenser son incapacité à utiliser l'insuline. Cette résistance entraîne soit un déclin du nombre de cellules bêta, soit la perturbation de la production d'insuline. Pour comprendre les mécanismes moléculaires responsables de la perturbation de prolifération des cellules bêta, le projet BCELL-T2D, financé par l'UE, a réalisé une analyse chronologique à l'aide d'un modèle murin transgénique diabétique. L'idée était d'identifier les cibles moléculaires à exploiter d'un point de vue thérapeutique pour régénérer la masse de cellules bêta. Les différentes étapes observées dans le cas de diabète humain ont été récapitulées dans le modèle murin. Entre 4 à 9 semaines, les animaux ont développé une insulinorésistance. Le diagnostic de diabète a été confirmé entre 10 à 18 semaines et le diabète avancé et les complications qu'il implique ont été observés chez des modèles animaux de plus de 19 semaines. Ce qui est intéressant, c'est qu'au cours de la phase d'insulinorésistance, une augmentation de la masse de cellules bêta a été observée. Cette expansion proliférative de cellules bêta coïncidait avec l'augmentation de l'expression du glucagon. Le glucagon est une hormone qui transforme le glycogène en glucose et stimule la production d'insuline. Les souris exprimant du glucagon ont réussi à compenser l'insulinorésistance et n'ont donc pas développé de diabète. Sur la base de ces renseignements intéressants, les chercheurs BCELL-T2D ont exploré plusieurs approches pour induire la prolifération de cellules bêta, y compris les inducteurs de cycle cellulaire (cycline C). De plus, grâce à une bibliothèque de petites molécules, l'époxy-pukalide, un composé dans le corail, a émergé en tant que candidat pour soutenir la prolifération et le fonctionnement des cellules bêta. Ensemble, les résultats de l'étude BCELL-T2D ont souligné le potentiel de la prolifération de cellules bêta pour inverser le phénotype du diabète. La validation clinique de cette approche pourrait empêcher le déclenchement du diabète. Ce succès pourrait considérablement réduire la charge des soins de santé associée à cette maladie et améliorer la qualité de vie des patients diabétiques.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application