Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Les déchets animaux transformés en plastiques

Il est indiscutable que de nos jours les matières plastiques classiques soient remplacées par d'autres matières biocompatible et biodégradables Àcet effet, une étude européenne s'est penchée sur l'utilisation des déchets animaux provenant des abattoirs pour réaliser de nouveaux plastiques synthétiques.

Technologies industrielles

Les plastiques comme le polypropylène (PP) ou le polyéthylène (PE) représentent un danger pour l'environnement car ils augmentent la concentration atmosphérique de dioxyde de carbone (CO2) pendant l'incinération. Par conséquent, les considérations écologiques nécessitent le remplacement de ces matières par des solutions alternatives de base bio telles que les polyhydroxyalcanoates (PHA). Les PHA constituent une famille de polyesters biodégradables et biocompatibles offrant un large éventail d'applications potentielles qui vont du simple emballage aux matériaux médicaux et pharmaceutiques. Des chercheurs du projet ANIMPOL , financé par l'UE, voulaient synthétiser des PHA à partir de déchets animaux provenant d'abattoirs. ANIMPOL a dû tenir compte du coût de production élevé des PHA, comparé aux plastiques de base pétrochimique, tout en évitant l'usage de matières nutritionnellement importantes à l'espèce humaine. Étant donné les limites des technologies actuelles, le consortium a sélectionné des graisses saturées d'origine porcine, bovine et aviaire. Celles-ci seraient exploitées pour produire des esters méthyliques d'acides gras (FAME) pouvant être utilisés comme carburant liquide (biodiesel). Diverses matières à base de déchets animaux ont également été utilisées comme source de carbone pour plusieurs producteurs de PHA microbiens. Les conditions de réaction à la fermentation ont été longuement examinées en vue d'optimiser le rendement. Des expériences ont été converties en modèles mathématiques pour prévoir les différents types de fermentation obtenus par les deux espèces bactériennes choisies (Cupriavidus necator et Pseudomonas chlororaphis) sur différents substrats. Une optimisation significative a également été obtenue en ce qui concerne les techniques de récupération des PHA. L'ensemble du processus intégré de production de PHA à partir de déchets animaux d'abattoirs s'est révélé rentable, respectueux de l'environnement et efficace. Étant donné la demande générale incitant le marché des plastiques à se tourner vers des alternatives écologiques, l'approche ANIMPOL constitue une stratégie viable pour produire des polymères biodégradables.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application