Skip to main content

Water Detoxification Using Innovative vi-Nanocatalysts

Article Category

Article available in the folowing languages:

Des nanotechnologies alimentées par l'énergie solaire pour une eau potable plus sûre

Des scientifiques de l'UE ont découvert un meilleur moyen de purifier l'eau potable au vu de la pollution et de la pénurie d'eau croissantes. Leur nouvelle méthode repose sur la nanotechnologie alimentée par l'énergie solaire.

Énergie

Même à de faibles concentrations, les toxines bactériennes, les pesticides et autres substances chimiques dans l'eau peuvent entraîner de graves problèmes de santé et environnementaux. Les méthodes traditionnelles de traitement telles que la chloration, la filtration et l'absorption de carbone activé ne permettent tout simplement pas d'éliminer tous les polluants toxiques. Ainsi, les chercheurs ont adopté une nouvelle approche aux options de traitement qui leur a permis de développer une autre technologie plus viable et efficace dans le cadre de l'initiative CLEAN WATER («Water detoxification using innovative vi-nanocatalysts») financée par l'UE. Ils ont intégré de l'énergie solaire dans un système qui utilise des catalyseurs et membranes de dioxyde de titane nanofabriqué. Étant donné leur réponse à la lumière solaire et visible, le catalyseur et la membrane sont considérés comme actifs du point du vue photocatalytique. Les chercheurs sont parvenus à développer un dispositif de purification de l'eau durable en intégrant leur technologie de membrane d'ultrafiltration dans un réacteur. Ils ont également renforcé les matériaux et les procédés dans le cadre d'une étude pilote afin de déterminer leurs coûts et efficacité à une échelle plus grande. La vision du projet consistait à rendre le réacteur fonctionnel dans des lacs, des réservoirs et des systèmes à flux continu pour les systèmes publics de distribution d'eau. La performance de ces photocatalyseurs hautement réactifs dépasse celle des catalyseurs à base de dioxyde de titane disponibles dans le commerce. Deux brevets, 48 articles et 152 présentations lors de conférences viennent confirmer l'innovation scientifique générée par ce projet. Les utilisateurs finaux potentiels ont déjà exprimé leur intérêt pour cette nouvelle technologie, qui pourrait également être appliquée à la purification de l'air, la production d'hydrogène et aux cellules solaires.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application