Skip to main content

Event Category

Évènement

Article available in the folowing languages:

Les physiciens envisagent un système de collision électrons-positons

Les physiciens du monde entier vont se réunir à Oxford, en Angleterre, pour assister au séminaire consacré au système de collision linéaire ECFA/DESY. Organisé entre le 20 et le 23 mars 1999, ce séminaire permettra aux participants de formuler des plans pour la construction de...

20 Mars 1999 - 20 Mars 1999
null

Les physiciens du monde entier vont se réunir à Oxford, en Angleterre, pour assister au séminaire consacré au système de collision linéaire ECFA/DESY. Organisé entre le 20 et le 23 mars 1999, ce séminaire permettra aux participants de formuler des plans pour la construction de deux accélérateurs de particules de 10 km de long, qui vont émettre des faisceaux d'électrons et de positons (anti-électrons) l'un vers l'autre.

On constate, qu'au moment de leur collision, la Matière et l'Anti-matière disparaissent et s'anéantissent tout en produisant un énorme jaillissement d'énergie. Cette énergie reprend ensuite une forme matérielle, en ce sens qu'elle génère de nouvelles particules de Matière (et d'Anti-matière) dans le cadre d'une succession de processus qui rappellent les premiers moments de la création de notre univers. C'est pour mettre les théories de ces processus à l'épreuve que les physiciens ont besoin d'étudier des énergies supérieures à celles qu'ils sont en mesure de produire à l'heure actuelle, et doivent de ce fait, remonter encore davantage dans le Temps vers l'origine de l'univers.

Les physiciens ont déjà à leur disposition des installations circulaires dans lesquelles ils déchargent des faisceaux d'électrons et de positons l'un contre l'autre, mais ces faisceaux ont tendance à perdre l'énergie qu'ils ont acquise lorsqu'ils circulent dans les courbes. Les niveaux d'énergie les plus élevés, qu'il est possible de réaliser dans une installation circulaire, ont été enregistrés dans le LEP, le grand système de collision électrons/positons, au laboratoire européen de physique des particules (CERN) à Genève. Au cours de l'été 1999, le LEP est censé atteindre une énergie totale de 200GeV (giga électron-volts), mais les physiciens ont besoin d'énergies encore plus considérables pour tester des théories permettant de prévoir de nouveaux effets. C'est pour cette raison, qu'ils envisagent de construire un système de collision électrons-positons capable d'effectuer des tirs de faisceaux à partir d'accélérateurs linéaires directement l'un vers l'autre.

Le système de collision linéaire envisagé devrait atteindre un niveau d'énergie totale de 1000GeV, ce qui va nécessiter des technologies tout à fait exceptionnelles. A l'heure actuelle, trois plans concurrents sont en lice, à savoir ceux de l'Europe, du Japon et des Etats-Unis d'Amérique. Quel que soit le choix définitif, ce nouveau projet, d'une valeur de plusieurs milliards d'euros, va offrir des opportunités considérables au secteur de la haute technologie en Europe, rien que sur le plan de l'approvisionnement en composants sophistiqués.

Pour tout complément d'informations, s'adresser à:

Dr Philip Burrow
Oxford University
Tél. +44-1865-273398; Fax +44-1865-273418
E-mail: p.burrows1@physics.ox.ac.uk