Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

De l'argent pour un développement durable

En étudiant les faiblesses de nos économies nationales apparues au cours des 30 dernières années, il est possible de faire émerger de meilleurs modèles financiers. Un nouveau regard sur la financiarisation et la façon dont elle pourrait soutenir un développement durable faciliteront cette entreprise.

Société

La financiarisation de l’économie, c’est à dire la croissance du secteur financier d'un pays vis-à-vis de son économie globale, ne s’est pas faite de manière particulièrement durable et a ainsi débouché sur une crise financière qui a impacté toutes les économies de la planète. Le projet FESSUD (Financialisation, economy, society and sustainable development) financé par l’UE, a étudié comment la financiarisation a influencé la croissance économique au cours des trois dernières décennies. Il a notamment examiné comment la financiarisation impactait les objectifs économiques, sociaux et environnementaux, ainsi que la dynamique des différentes thématiques impliquant la finance, le développement économique, le développement durable et l'environnement. Pour atteindre ses objectifs, l'équipe du projet a étudié les systèmes financiers de 15 pays majoritairement européens, et cartographié leurs trajectoires de financiarisation au cours des 30 dernières années. Elle a ainsi cartographié les différentes causes et conséquences de la crise financière en tenant compte de la réglementation du secteur financier. Ces travaux ont permis la formulation de nouvelles approches en termes de réglementation du secteur financier. L'équipe du projet a réalisé des comparaisons croisées des processus de financiarisation, des crises économiques et de leur impact sur le bien-être social, y compris sur les retraites, les inégalités, l'endettement ou l'accès au crédit. Surtout, l'équipe a pu documenter les meilleures pratiques en matière de systèmes financiers qui favorisent la cohésion sociale et le bien-être de la société. Elle a examiné l’évolution du rôle de l'Union européenne en matière de gouvernance financière et monétaire mondiale ainsi que l'intégration financière des nouveaux États membres de l'UE. L'un des principaux domaines de recherche abordé par les partenaires du projet portait sur la façon dont la financiarisation avait négligé la durabilité environnementale et sociale, documentant les coûts connexes, les politiques menées et l'équité de la distribution des bénéfices. Le projet a non seulement étudié le financement de l’industrie mais aussi analysé comment la financiarisation avait débouché sur une restructuration économique et impacté cette industrie. Il a comparé les bonnes et les mauvaises politiques menées pour atténuer les effets de la crise financière et accroître le bien-être public. Les résultats de ces travaux ont été diffusés par le biais d'ateliers de travail, de conférences internationales et de revues mais aussi sur la toile, avec le site Web du projet, par exemple. L'un des principaux dossiers politiques de l’équipe, intitulé « Une proposition de décroissance volontaire en réorganisant l'argent pour la durabilité, la justice et la résilience » vient être publié sur le site. Ces travaux permettront sans aucun doute aux responsables politiques et gestionnaires du milieu financier de comprendre comment la finance pourrait mieux répondre aux besoins économiques, sociaux et environnementaux de la société.

Mots‑clés

Développement durable, financiarisation, FESSUD, gouvernance, restructuration économique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application