Skip to main content

Reconstruction of the post ’Little Ice Age’ geomorphological processes in glacial environments - sedimentological and morphological record of glacial landsystems’ reactions to environmental changes

Article Category

Article available in the folowing languages:

Les glaciers nous expliquent le changement climatique

Les sédiments et le relief dévoilés par la fonte des glaciers nous apportent de précieuses indications quant aux processus qui ont présidé à leur formation. La reconstitution du comportement des glaciers et des sédiments de glace sont des indicateurs importants des changements environnementaux.

Changement climatique et Environnement

Le projet GLACIRECON (Reconstruction of the post ꞌLittle Ice Ageꞌ geomorphological processes in glacial environments - sedimentological and morphological record of glacial land systems) a ainsi étudié les zones périphériques de certains glaciers actuels. Les partenaires du projet désiraient cartographier et quantifier le développement du relief en avant des glaciers et évaluer les plus importants processus à l'origine de la modification du paysage. Les chercheurs ont associé un travail de terrain avec l'analyse des données de télédétection et des données GPS (pour Global positioning system) pour le traitement des images aériennes. Ils ont également mené des enquêtes sur les zones de glace périphérique, utilisé des drones pour recueillir des images en haute résolution, réalisé une cartographie géomorphologique et analysé les sédiments sur place. Les chercheurs ont montré que les coulées de débris constituaient le processus le plus important de re-sédimentation, responsable de la transformation des zones actives en avant du glacier. Par contre, leur répartition et leur intensité s'est révélée variable pendant la période de glaciation. Ils ont également montré que certaines parties du paysage pouvaient être modifiées postérieurement par les rivières et les eaux de fonte. Cette altération du paysage étant susceptible de générer des déplacements massifs, une instabilité des versants de montagne et donc la génération de nouvelles coulées de débris. Les chercheurs ont étudié plusieurs sites de moraines en Islande et l'archipel arctique de Svalbard et montré qu'ils étaient composés d'une grande quantité de glace morte (glace résiduelle persistant après la séparation du glacier en mouvement). Cette formation apparait lorsque le glacier s'arrête et fond sur place, se recouvrant d'une couche relativement mince de sédiments. Pendant la glaciation, ces reliefs recouverts de glace sont soumis à divers processus de re-sédimentation pour finir par générer un paysage plus stable. Ces travaux ont révélé des commutations entre les conditions stables et actives au cours du temps. Les changements de volume sont très variés et principalement liés aux conditions locales comme le degré de pente et l'eau de fonte plutôt qu'aux changements climatiques. La reconnaissance des processus responsables de la commutation de condition stables en un environnement actif sont d'une importance capitale dans la gestion du paysage arctique. Les recherches du projet GLACIRECON sont spécialement importantes pour la reconstruction des systèmes glaciaires et la compréhension correcte de leurs enregistrements. Le résultat de ces reconstructions permettra aux chercheurs de mieux comprendre comment les modifications climatiques peuvent affecter les glaciers, le comportement de la calotte glaciaire et le niveau des océans.

Mots‑clés

Glaciers, sédiments, relief, paysage, GPS, moraine, Arctique, eau de fonte, niveau des océans

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application