Skip to main content

Protection of Critical Infrastructures against High Power Microwave Threats

Article Category

Article available in the folowing languages:

La protection du bien public contre les attaques électromagnétiques

Il est absolument indispensable d'intensifier les efforts et d'augmenter le niveau de protection des infrastructures critiques (IC) contre la menace toujours plus grande des attaques électromagnétiques (EM). Une initiative de l'Union européenne travaille sur le sujet et examine les différentes menaces et leur impact potentiel afin d'y apporter des réponses techniques.

Technologies industrielles

Les militaires utilisent les impulsions électromagnétiques d'origine non nucléaire (IEM), les micro-ondes de haute fréquence (MHF) ou d'autres dispositifs radiofréquence comme armes potentielles dans diverses applications de combat ou de lutte anti-terroriste afin d'endommager significativement les appareils et circuits électroniques de l'ennemi. La menace potentielle de cet armement reste par contre à un niveau inquiétant car les organisations criminelles ou terroristes pourraient avoir la capacité de provoquer de graves dommages en s'en prenant à notre réseau électrique ou en détruisant les réseaux électroniques. Pour aborder la question de la protection des infrastructures critiques face à la menace du rayonnement électromagnétique, le projet HIPOW (Protection of critical infrastructures against high power microwave threats), financé par l'UE, cherche à développer un capteur prototype capable de supprimer les radiations ainsi qu'un manuel d'emploi et d'autres documents de référence proposant des mesures de détection et de protection. Une base de connaissances contenant des informations non classifiées sur les risques du rayonnement électromagnétique et sur les mesures de protection des infrastructures critiques sera également mise en place. Durant la première période de reporting, les partenaires du projet ont réalisé une analyse des menaces et une évaluation des risques des incidents d'origine IEM/MHF. Ils ont également étudié l'impact du rayonnement électromagnétique sur les biens essentiels au fonctionnement et à l'économie de notre société. Parmi ces biens, on peut citer les installations d'infrastructure publique, la génération d'électricité, les systèmes de transport, les services financiers, la télécommunication ou la communication sans fil. Certains de ces biens civils ont été sélectionnés par les partenaires du projet et testés afin de déterminer s'ils pouvaient résister à une attaque électromagnétique. L'équipe a également évalué l'efficacité des techniques de durcissement de l'architecture – l'une des deux stratégies majeures de protection à l'heure actuelle – et la faisabilité des mesures de durcissement conformes aux protocoles et standards actuels de protection. Ces travaux ont débouché sur la publication de deux rapports classifiés sur la menace et les capacités de l'armement IEM/MHF, ils abordent également le cadre règlementaire et les techniques de durcissement associés à cet armement. Le projet nous apporte ainsi une vision claire et des solutions contre les menaces que font peser les armes IEM/MHF sur nos infrastructures critiques, solutions dont pourront s'inspirer les responsables politiques et les autres acteurs dans ce domaine. Ces résultats réduiront considérablement la fragmentation de notre sensibilisation et de notre préparation aux attaques IEM/MHF dans toute l'Europe.

Mots‑clés

Attaque électromagnétique, infrastructure critique, impulsion électromagnétique d'origine non nucléaire, micro-ondes de haute énergie

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application