Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

La surveillance de l'impact sanitaire possible des aliments génétiquement modifiés destinés au bétail

Des scientifiques ont mis au point un système favorisant la conception de programmes de surveillance des maladies. La détection des signes précurseurs permet un suivi de l'impact potentiel sur la santé des animaux exposés aux aliments dérivés des cultures génétiquement modifiées (GM).

Économie numérique

Les cultures génétiquement modifiées hors d'Europe finissent généralement sur plusieurs marchés européens, dont les fermes d'élevage, où ils sont transformés en aliments pour le bétail. L'UE autorise l'utilisation d'ingrédients génétiquement modifiés, mais uniquement si chaque produit fait l'objet de mesures de sécurité draconiennes. Toutefois, le législateur européen exige encore un contrôle ultérieur afin de vérifier les hypothèses préalables. À ce stade, ce critère n'est pas obligatoire pour l'alimentation animale génétiquement modifiée. Mais les organismes de contrôle devraient pouvoir disposer des outils et des données adéquats pour répondre à de telles exigences à l'avenir. Le projet MARLON (Monitoring of Animals for Feed-related Risks in the Long Term), financé par l'UE, a ainsi été mis sur pied pour fournir des conseils sur le suivi des risques associés au bétail nourri aux OGM. Les chercheurs ont étudié les liens potentiels entre le recours à des OGM et les risques pour les animaux en inventoriant les programmes de contrôle en place et en recensant les données relatives à l'impact potentiel sur la santé animale évoqués dans différents ouvrages et articles. Les partenaires du projet ont également dressé la liste de tous les indicateurs quantifiables en termes de santé animale et la possibilité d'analyser l'exposition. Les données obtenues lors des essais sous contrôle à court terme et long terme et multigénérationnels n'ont révélé aucun effet néfaste sur les animaux nourris aux OGM. Certains effets sont même positifs, selon certains rapports. Ainsi, les cultures génétiquement modifiées résistantes aux insectes renfermeraient moins de produits chimiques générés par les champignons qui colonisent les champs pris d'assaut par les ravageurs. Les chercheurs sont par ailleurs à l'origine d'http://ipafeed.eu/ (IPAFEED), une base de données en accès libre qui reprend trois catégories d'informations. Il s'agit de paramètres spécifiques relevés chez des animaux nourris aux aliments dérivés des OGM et la possibilité de détecter l'ADN génétiquement modifié ainsi que les protéines sur la base des articles scientifiques. Les chercheurs ont par ailleurs intégré les activités de surveillance. Celles-ci fournissent des données utiles en vue de contrôler l'impact potentiel des aliments génétiquement modifiés dans les États membres. L'équipe a aussi mis au point un modèle épidémiologique. Capable d'évaluer la durabilité des systèmes de surveillance en place, il peut déceler les changements propres aux maladies les plus fréquentes et qui seraient liés aux effets sur la santé des aliments génétiquement modifiés pour une espèce spécifique. Le modèle tient compte des méthodes d'élevage, vétérinaires et de surveillance, ainsi que sur les conditions de base. Étant donné que les aliments génétiquement modifiés, les espèces et l'impact sur la santé devant faire l'objet d'un suivi sont encore méconnus, le modèle a une portée générale et peut être utilisé pour un large éventail d'espèces, systèmes d'élevage et causes potentielles de problèmes de santé. Si des données de surveillance spécifiques sont indisponibles ou limitées, l'avis d'experts sur la prédisposition et la gravité de certains symptômes ainsi que la probabilité de déceler les modifications pourront être demandés. Ces données ont mis en valeur l'importance d'un programme de surveillance au terme de la commercialisation des produits à même de contrôler les tendances positives ou négatives sur la santé animale d'une alimentation comportant des ingrédients génétiquement modifiés. En fournissant les outils favorisant la conception de programmes efficaces pour la surveillance des maladies, MARLON contribuera à informer le législateur européen, pour des décisions éclairées.

Mots‑clés

Cultures génétiquement modifiées, alimentation animale, MARLON, bétail, impact sur la santé, base de données en accès libre

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application